Serge Beynaud réussit le pari de la mobilisation au Palais de la culture d’Abidjan
0
 

Écouter
Serge Beynaud réussit le pari de la mobilisation au Palais de la culture d’Abidjan

Serge Beynaud réussit le pari de la mobilisation au Palais de la culture d’Abidjan

APA | Lu 2929 fois | Publié

Pari réussi pour Serge Beynaud (Et Gaou Productions). L’artiste ivoirien Serge Beynaud a réussi, dimanche soir, le pari de la mobilisation au cours de son premier concert live qui a drainé près de 7000 spectateurs dans les jardins du Palais de la culture d’Abidjan.

Les tickets d’entrée fixés à 5000 FCFA pour le grand public et 10 000 FCFA pour les VIP, n’ont pas découragé les mélomanes de la capitale économique ivoirienne.

Serge Beynaud qui a égrainé la quasi-totalité des chansons de son riche répertoire discographique a égayé les milliers de "fans" venus des quatre coins de la ville d’Abidjan.

Du concept Okéninkpin à Fouinta Fouinté en passant par Lokoko, Sapé Sapé et Kababéléké, l’artiste a communié dans une ambiance de fête avec les mélomanes abidjanais. A chaque chanson, les spectateurs répétaient les refrains avec Serge Beynaud, esquissant des pas de danse.

Organisé par le Département événementiel de Gaou Productions (structure de Magic System), ce concert a permis en outre à l’artiste qui prend de l’ascendance dans le style "coupé décalé", de se réconcilier avec l’une de ses danseuses.

Il s’agissait pour le lead vocal du mythique groupe musical ivoirien, Salif Traoré dit A’Salfo de "tendre la main aux jeunes talents".

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Urgent | La Côte d’Ivoire compte désormais 3262 cas confirmés, 1584 guéris et 35 décès.

Coronavirus : 152 cas, 54 guéris et 0 décès enregistrés ce jeudi 04 juin 2020.

Le Centre national de recherche agronomique (CNRA) sollicite le statut d’utilité publique pour son patrimoine foncier

Les femmes des marchés de Bingerville invitées à être des ambassadrices du respect des gestes barrières

Les corps sans vie d’un couple de paysans découverts dans une forêt à Bangolo

Publicité