Le chanteur Koffi Olomide jugé à Kinshasa pour coups et blessures
0
 

Écouter
Le chanteur Koffi Olomide jugé à Kinshasa pour coups et blessures

Le chanteur Koffi Olomide jugé à Kinshasa pour coups et blessures

AFP | Lu 1926 fois | Publié

Le chanteur congolais Koffi Olomide comparaissait mercredi soir devant un tribunal à Kinshasa sous l'accusation de coups et blessures volontaires, a constaté l'AFP.

Koffi Olomidé aurait blessé un homme dans un hôtel de luxe de Kinshasa et a été arrêté par la police alertée par une femme de chambre, témoin de l'altercation. Un autre témoin a affirmé que le plaignant "saignait de la bouche".

Selon un magistrat, interrogé sur place par l'AFP, le chanteur risque 6 mois de prison s'il est reconnu coupable de coups et blessures volontaires. Accusé également de "destruction méchante" pour le bris d'une porte il risque pour cela 5 ans de détention, a expliqué le même magistrat

Le chanteur - défendu par une quinzaine d'avocats - comparait devant le tribunal de Paix de la Gombe en présence d'une foule nombreuse et le débat contradictoire se déroule en présence des parties, a constaté l'AFP.

Son adversaire, Monsieur "Diego", dont le visage ne porte aucune trace de coups est également interrogé ainsi qu'une femme de chambre. Le chanteur a évoqué une "dette qui dure trop" pour expliquer l'altercation qui s'est produite en milieu de matinée. Le plaignant a affirmé à l'AFP que cette dette s'élevait à 3.000 euros.

De nombreuses personnes se pressent également aux fenêtres du tribunal situé dans un quartier résidentiel de Kinshasa.

Koffi Olomidé, star de la "rumba congolaise", avait été mis en examen en février dernier à Nanterre, prés de Paris pour viols et séquestrations de trois ex-danseuses de son groupe.

La juge d'instruction avait saisi un juge des libertés et de la détention pour obtenir le placement en détention provisoire de M. Olomidé. Mais le chanteur était rentré en République démocratique du Congo (RDC), sans attendre la décision du magistrat sur ce point, avait alors expliqué son avocat Me Manuel Aeschlimann.

La première plainte devant le parquet de Nanterre datait de 2006 deux autres avaient été déposées en 2008, l'une des trois concernant une mineure selon Me Aeschliman.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

COVID-19: Les auteurs d’augmentation illégale du tarif de transport dans la région du N'zi subiront la rigueur de la loi (Préfet)

Covid-19 : Reprise d’activités du Premier ministre après une dizaine de jours de confinement

Le comité départemental de sécurité de Soubré invité à plus d’actions de prévention du Covid 19

Covid 19: vingt-six nouveaux cas confirmés

COVID 19 : du matériel médical et des produits laitiers offerts aux personnels soignants