Molare laisse la tête du coupé décalé
0
 

Écouter
Molare laisse la tête du coupé décalé

Molare laisse la tête du coupé décalé

Syntiche Kazon (Stg) | syntiche.kazon@rti.ci | Lu 4121 fois | Publié

Le Molare ne veut plus être le boss du coupé décalé. Dans une publication sur sa page Facebook il a annoncé sa volonté de quitter ce mouvement musical: «A partir de maintenant, cherchez un nouveau Boss du coupé décalé. Je me retire.»

En effet, il déplore le manque de reconnaissance, l’ingratitude et l’hypocrisie de ses collègues artistes pendant qu’il ne ménage aucun effort pour leur venir en aide. Lui qui a longtemps été attaqué par les fanatiques de DJ Arafat, depuis son décès, dit n’avoir reçu aucun soutien de la part de ceux-ci. Pour cela, il explique «Si vous avez vos problèmes ne m’appelez plus, parce que quand on m’insulte vous ne me défendez pas BYE. Alors que, tous les jours, vous venez expliquez tous vos soucis (toute musique confondue)».

Le molare qui a déclaré que les élections étaient ouvertes bat retraite pour se consacrer à ses fans qui l’ont toujours aimé et soutenu sans intérêts. «Bonne chance au prochain! Les élections sont ouvertes demain. BYE! J’ai aimé vous servir. Mes fans là, on se laisse pas. Je vais vous trouver travail; on va causer comme d’habitude vous êtes là sans intérêt » a-t-il ajouté.

Soumahoro Maury dit le Molare, l’un des pionniers du coupé décalé et acteur majeur du mouvement depuis la mort de Feu Douk Saga, cède son titre de “Boss“ à une nouvelle génération.

Buzz ou non on le saura davantage au fil du temps.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Cameroun: trois opposants arrêtés pendant des distribution de masques et de gel

Un nouveau centre hospitalier régional (CHR) bientôt construit à Agboville (Ministre)

COVID-19 : Trente et une nouvelles rémissions en Côte d’Ivoire

Un centre de santé dédié à la mère et à l’enfant prévu à Arrah (Maire)

Le procureur de la République annonce des poursuites contre les auteurs de l’accident meurtrier d’Angré