Angelo Dogba: "Le Rap ivoirien a une couleur locale"
0
 

Écouter
Angelo Dogba:

Angelo Dogba: "Le Rap ivoirien a une couleur locale"

MC.Morokro| m.marieclaire@rti.ci | Lu 1315 fois | Publié

Angelo Dogba de son nom à l'état civil, Ange Romain Akou est un rappeur originaire de la Côte d'Ivoire. Il est l’un des précurseurs du rap ivoirien. Il vit depuis un moment aux Etas Unis ou il ne s’est en aucun cas éloigné de la musique et spécialement du "Dogba" l’un des titres qui l’a propulsé sur l’échelon supérieur de la respectabilité des artistes honorés ici en Côte d’Ivoire et partout ailleurs. Angelo fait aussi du business et présent sur les bords de la Lagune Ebrié nous lui avons arraché quelques mots.

RTI.CI : Bonjour Angelo : comment s’est fait le pas de la musique au business ?
Angelo : C’est ma formation qui m’a prédisposé à cela, j’ai une licence en science économie, une maitrise en marketing, et fait  du management. Cela  prédispose un peu au business. Ce qui est intéressant c’est que c’est du business dans la musique. J’allie donc ce que j’aime le plus qui est la musique au business et c’est formidable.

Qui dit Angelo l’associe depuis un moment à un Label. Dites nous un peu plus sur ce label ?
Le Label s’appelle shebleik, c’est un label qui a été monté, j’ai différents partenaires, j’en suis la deuxième personnalité et en même temps le premier artiste. Donc, nous tentons quelque chose en quoi nous croyons, nous voulons mettre une plate forme en place qui permette aux artistes Afros ou de la diaspora de pénétrer aux Etas Unis par les circuits normaux de promotion, de distribution.

Vous êtes en Côte d’Ivoire, Quels sont vos perspectives ?
Mes perspectives c’est que je repars déjà Lundi (rires). Mes Perspectives, c’est  faire venir de plus en plus d’artistes, surtout sortir mon album, faire des émissions télé, collaborer avec les medias  installer un studio. Pour l’heure je vais mettre les choses en place et en parler par la suite.

Dites nous un peu plus sur votre nouvel opus qui va bientôt sortir ?
En effet l’album est fin prêt, nous sommes au masturing maintenant, c’est de la variété faite de manière professionnelle. C'est-à-dire que dans l’album, vous allez retrouver la tradition avec du "Dogba", le chant également puisque je chantais auparavant dans une chorale, aussi du RnB, du reggae, avec les steappears, des featuring avec  shona, rappeuse Américaine avec Jamaïcain qui chante du reggae ; j’ai plusieurs participation de featuring sur cet album. Cet album se veut international, nous avons travaillé techniquement là-dessus et au moment opportun la Côte d’Ivoire le découvrira.

Quel est le titre de ce nouvel opus ?
Nous n’avons encore rien arrêté en ce qui concerne le titre, les opinions divergent  nous allons arrêter  très bientôt quelque chose et ça sera aussi une surprise.

Vous êtes l’un des précurseurs du Rap ivoirien, dites nous ce que vous pensez de l’évolution de cet style de musique ici en Côte d’Ivoire ?
Il faut dire que cela a été difficile pour les jeunes de faire le rap comme  leurs ainés que nous sommes parce que nous n’étions pas là. Ils ont donc créé leur style a eux  que les ivoiriens adorent à l’image de billy billy et autres. Il faut dire que ce n’est pas tout le monde qui comprend le rap, il est un peu sectaire et accessible aux initiés. Mais aujourd’hui grâce aux rappeurs ivoiriens le rap a une couleur locale et tout le monde y trouve son compte mais ils ne doivent pas oublier que c’est une musique universelle.

Vous étiez ici, vous êtes parti et vous revenez. Vous êtes aimé du public ivoirien, qu’est ce que vos fans et ces jeunes débutants qui vous aiment doivent-ils retenir de vous ?
Je les adore, je les aime très fort, je suis reconnaissant de leur soutien, de leur amour. Je vais leur rendre cet amour avec quelque chose de pro, d’intéressant. J’ai pris acte de leur conseil me demandant de ne pas m’éloigner du "Dogba", alors leur "Dogba" national à la sauce Américaine est prête. Je leur ai donné la part belle, c’est un nouveau style de "Dogba" Africain ; Ivoirien ; mondiale ça sera génial.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Cameroun: les législatives reportées une deuxième fois à 2020

Libye: le gouvernement basé à Tripoli "inquiet" d'une "nouvelle escalade" militaire

Niger: près de 900 migrants nigériens rapatriés depuis janvier par l'ONU

Un comité civilo-militaire mixte installé à Dimbokro

Le Rotary international remet 40 latrines publiques à des communes du district d’Abidjan