Kané Sondé, une histoire avec le Bollo et son Festival
0
 

Écouter
Kané Sondé, une histoire avec le Bollo et son Festival

Kané Sondé, une histoire avec le Bollo et son Festival

Kané Sondé avec 100pour100 culture | Lu 1271 fois | Publié

Le Bollo est un rythme venu de Tabou et pratiquée par les Kroumen dans l’extrême sud-ouest de la Côte d’Ivoire.

C’est à la fois des chansons mélodieuses et des pas de danses qui rappellent le rock et la valse. Les principaux instruments qui permettent l’exécution du Bollo sont : un tam-tam de fabrication artisanale, un accordéon ou un harmonica importé d’Europe après la deuxième Guerre mondiale et des instruments irréguliers que sont : une bouteille vide avec un petit morceau de fer et une scie de charpentier avec également un petit morceau de fer. Les instruments rudimentaires ci-dessus mentionnés ont, au fil du temps, été progressivement remplacés par ceux dits modernes : guitare, clavier, batterie, etc. Ces instruments modernes ne changent en rien la rythmique et la cadence du Bollo. Le changement n’a été opéré que pour épouser l’ère du temps. Le Bollo se danse par couple (homme femme), à hauteur de 8 à 12 personnes et même plus, dans un endroit spacieux au cours des manifestations festives. La chorégraphie Bollo est faite de figures circulaires, de pas et de gestes variés, dirigés par un animateur principal. Le Bollo se produisait en fin de semaine après les durs travaux champêtres. Il était utilisé pour animer le village et permettait aux jeunes filles de sortir du joug familial. Sa portée sociale a conduit les Kroumen à l’assimiler aux différentes fêtes de réjouissances du village : bonnes récoltes de l’année, bonnes ventes des produits agricoles, soirées récréatives, moments de retrouvailles, fin de construction d’une maison, etc. De nos jours, le Bollo se produit lors des funérailles car en pays Kroumen, le culte des morts est très important. A en croire les sages, c’est le moment où l’âme du défunt quitte le corps et s’en va rôder aux alentours du village jusqu’au jour de l’enterrement. Durant cette période, la communauté Kroumen pense qu’il est préférable de se réjouir afin que l’esprit participe, ne serait-ce qu’une dernière fois à la fête de ce monde d’ici-bas, avant son dernier et ultime voyage pour l’au-delà. Le festival de Bollo et Danses Traditionnelles de Côte d’Ivoire, est une rencontre culturelle annuelle qui met en compétition des postulants susceptibles de présenter le meilleur Bollo et la meilleure danse traditionnelle de chez soi, face à un jury ayant pour mission de les départager, s’appuyant sur des critères d’appréciation liés à la musique et à un thème d’actualité. Le Festival de Bollo et Danses Traditionnelles de Côte d‘Ivoire, au-delà de son action promotionnelle autour de notre patrimoine culturel et touristique, a pour souci majeur de contribuer à la consolidation de la cohésion sociale dans toutes les régions du pays, seul gage d’un développement viable et vivable. Autrement dit, notre ambition est de générer de nouvelles habitudes susceptibles de désarmer les cœurs et les esprits.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Trois élèves aux arrêts pour cambriolage au lycée moderne de Bangolo

Le préfet de Tabou sensibilise les réfugiés ivoiriens du Liberia au retour volontaire

Le préfet de Tabou sensibilise les réfugiés ivoiriens du Liberia au retour volontaire

La 73ème promotion sortante de l’EMPT de Bingerville baptisée

Nigeria : de nouvelles tensions avec la minorité chiite font au moins sept morts