Démarrage d\'un nouveau recensement des ex-combattants de la crise ivoirienne
0
 

Écouter
Démarrage d\'un nouveau recensement des ex-combattants de la crise ivoirienne

Démarrage d\'un nouveau recensement des ex-combattants de la crise ivoirienne

AFP | Lu 2440 fois | Publié

Un nouveau recensement des ex-combattants impliqués dans une décennie de crise ivoirienne a démarré jeudi à Bouaké (centre), après qu`une récente vague d`attaques meurtrières contre l`armée a rappelé l`urgence d`une relance du désarmement et de la réinsertion. Au moins 300 personnes se sont rendues dans la matinée dans une caserne de Bouaké, fief de l`ex-rébellion née après le putsch raté de 2002, pour se faire enregistrer, a constaté un correspondant de l`AFP. Le recensement doit se dérouler dans plusieurs villes du pays en "un mois", a déclaré à l`AFP Bertin Kouassi Yao, conseiller technique au ministère de la Défense et coordonnateur de cette opération. La crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011, qui a fait quelque 3.000 morts, a changé la donne en multipliant le nombre de combattants: elle s`est achevée par une guerre de deux semaines, remportée par les forces du président Alassane Ouattara (essentiellement les ex-rebelles et de nombreux jeunes supplétifs) sur celles de l`ex-chef d`Etat Laurent Gbagbo, qui refusait de reconnaître sa défaite à l`élection de novembre 2010. Selon une structure jusque-là impliquée dans le programme de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR), plus de 100.000 ex-combattants pro-Ouattara et anciens miliciens pro-Gbagbo sont ciblés par le recensement. Mais ces chiffres sont considérés comme très supérieurs aux effectifs réels par des spécialistes du dossier. Le président Ouattara vient de signer un décret instaurant une "Autorité pour le désarmement, la démobilisation et la réintégration" (DDR), a annoncé mardi sur la télévision publique le ministre délégué à la Défense, Paul Koffi Koffi. Promis depuis des semaines, cet organisme unique remplacera la dizaine de structures qui travaillaient dans le secteur. Leur gestion était jugée catastrophique par les bailleurs de fonds, qui poussaient à une réorganisation radicale. L`Opération des Nations unies en Côte d`Ivoire (Onuci) qui, comme l`ex-puissance coloniale française et des ONG locales, appelait le pouvoir ivoirien à l`action, a salué jeudi la création de cette Autorité, "un pas nécessaire". "Il s`agit là d`une priorité immédiate" pour l`Onuci et le pays, a déclaré le porte-parole adjoint de la force onusienne, Kenneth Blackman, lors d`une conférence de presse. Alors qu`en une décennie les programmes de DDR se sont succédé pour des résultats très limités, beaucoup d`amertume était perceptible chez les ex-combattants à Bouaké. "Nous sommes découragés des politiciens", a confié Issouf Bamba, qui a appartenu à l`ex-rébellion. "Chaque année c`est le même scénario, on nous recense et après on ne voit rien", a-t-il dénoncé, lançant un avertissement: "On a encore des armes. Si on n`a pas une bonne situation, on ne va pas déposer les armes". La série d`attaques qui ont visé en août, notamment à Abidjan, les Forces républicaines (FRCI), l`armée ivoirienne, qui y a perdu dix hommes, a fait brusquement monter la tension dans le pays et est venue rappeler l`urgence du désarmement des ex-combattants non destinés à l`armée et d`une restructuration des forces armées. Le gouvernement a accusé des miliciens et militaires pro-Gbagbo après les attaques contre l`armée, ce que le parti de l`ancien président, le Front populaire ivoirien (FPI), a récusé.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Honduras: trois morts et sept blessés en marge d'un match de football

Portugal: fin de la grève des transporteurs de carburant

Tanzanie: le bilan de l'explosion d'un camion-citerne s'alourdit à 95 morts

Burundi: 18 permanences d'un parti d’opposition vandalisées en deux mois (porte-parole)

La Guinée équatoriale dément construire un mur à la frontière camerounaise