Côte d\'Ivoire: l\'ex-garde du corps de Simone Gbagbo inculpé d\'assassinat
0
 

Écouter
	Côte d\'Ivoire: l\'ex-garde du corps de Simone Gbagbo inculpé d\'assassinat

Côte d\'Ivoire: l\'ex-garde du corps de Simone Gbagbo inculpé d\'assassinat

AFP | Lu 1037 fois | Publié

Le garde du corps de l'ancienne Première dame ivoirienne Simone Gbagbo, le capitaine Anselme Séka, a été inculpé jeudi d'assassinat, pour des faits commis durant la crise post-électorale de 2010-2011, a-t-on appris de source judiciaire. "Anselme Séka a été entendu jeudi par le juge d'instruction militaire, qui l'a inculpé d'assassinat, de détournement et d'appartenance à une bande de malfaiteurs. Il est poursuivi pour les crimes commis lors de la crise post-électorale", a déclaré à l'AFP le procureur militaire Ange Kessi.
Anselme Séka, dit "Séka Séka", capitaine de gendarmerie, était le responsable de la sécurité rapprochée de Simone Gbagbo, épouse de l'ex-chef d'Etat Laurent Gbagbo. En fuite depuis la chute du régime Gbagbo, il avait été arrêté dans des circonstances spectaculaires le 15 octobre 2011, à l'aéroport d'Abidjan, alors que son avion était en transit et qu'il voyageait sous une fausse identité. Il avait été reconnu par un passager. Détenu par la justice ivoirienne depuis cette date, Anselme Séka a notamment été interrogé dans le cadre de l'enquête sur la disparition du journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer, survenue en 2004 à Abidjan. Son nom est aussi cité dans l'enquête sur la mort du général Robert Gueï, ex-chef de la junte tué dans des circonstances troubles le 19 septembre 2002. Anselme Séka faisait partie des figures du régime de Laurent Gbagbo visées depuis décembre 2010 par des sanctions de l'Union européenne. Il a également été accusé d'être lié aux "escadrons de la mort", des groupes accusés d'exécutions extrajudiciaires. Soupçonné par la Cour pénale internationale d'être "coauteur indirect" de crimes contre l'humanité commis lors des violences liées à la crise post-électorale de 2010-2011, Laurent Gbagbo, arrêté le 11 avril 2011 à Abidjan, est détenu depuis fin 2011 à La Haye. Simone Gbagbo est incarcérée à Odienné (nord) depuis avril 2011. Le refus de Laurent Gbagbo de céder le pouvoir à son rival Alassane Ouattara, actuel président, avait plongé le pays dans une crise meurtrière qui avait fait 3.000 morts. ck/thm/gib
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Une mission de la Cour pénale internationale annoncée à Bouna

Faible taux de déclaration des naissances à Niamoué dans le département de Doropo

Des victimes indemnisées dans les régions du Cavally, Guémon, Tonkpi, Loh Djiboua et du Haut Sassandra

311 interventions des pompiers enregistrées durant le week-end Pascal avec 206 accidents de circulation, 21 incendies et 29 personnes décédées (GSPM)

La CAF cède à l’Union Africaine de Radiodiffusion (UAR) l’exclusivité des droits de retransmission de la Coupe d’Afrique des nations 2019 (Communiqué)