Simone Gbagbo amnistiée par le Chef de l’Etat Ivoirien
0
 

Simone Gbagbo amnistiée par le Chef de l’Etat Ivoirien

Frederic Gore-Bi | Lu 14699 fois | Publié

En détention depuis le 11 avril 2011, Simone Gbagbo, l’ex-première dame va recouvrir la liberté. Le président Alassane Ouattara a pris une ordonnance d’amnistie qui permet à 800 prisonniers dont des personnalités politiques au rang desquels Simone Gbagbo, l’épouse de l’ex chef d’État Laurent Gbagbo, de voir leurs peines effacées. C’est l’annonce faite par le Chef de l’État ivoirien au cours de son discours à la nation à la veille de la Fête Nationale.

Après 7 ans de détention, Simone Ehivet Gbagbo, l’épouse de l’ancien président Laurent Gbagbo va recouvrir la liberté. Elle bénéficie ainsi d’une ordonnance d’amnistie signée ce mardi 06 août par le président de la république, Alassane Ouattara. ‘’Simone Gbagbo, Lida Kouassi Moise, Assoa Adou, Soul To Soul sont amnistiés’’, a annoncé le chef de l’Etat ivoirien.

Joint par téléphone pour avoir son avis sur cette décision, maître Rodrigue Dadjè, avocat à la cour a au nom du conseil de l’ex-première dame, salué et apprécié à sa juste valeur cette décision de mise en liberté de sa cliente. ‘’Je suis ravie de la décision du chef de l’Etat. Madame Gbagbo apprécie également cette décision que je suis venu lui apporter personnellement’’, a-t-il déclaré.

Arrêtée en 2011 en compagnie de son époux, elle a été jugée pour sa présumée implication dans les tueries du marché d'Abobo, dans la répression sanglante de la marche des femmes d'Abobo et pour sa participation à une cellule de crise qui planifiait et organisait des attaques, à travers des milices et des forces armées proche du régime de Laurent Gbagbo.

Après 10 mois de procès à rebondissements, Simone Gbagbo est condamnée en 2015 à 20 ans de réclusion pour atteinte à la sûreté de l’Etat. Elle sera acquittée le 28 mars 2017 lors de son second procès en assises cette fois pour « crime contre l’humanité ».

L’acquittement va être cassé le jeudi 27 juillet 2018 par une ordonnance de la Cour Suprême après que la partie civile se soit pourvue en cassation.

Alors que l’on s’acheminait vers un procès en assises, le chef de l’Etat ivoirien prend le contre-pied de la justice en signant une ordonnance portant amnistie de 800 prisonniers issus de la crise post-électorale hormis les militaires et tous ceux qui se sont rendus coupables de crimes de sang.  

 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Gandhi accusé de "racisme", une statue retirée d'une université au Ghana

Le président érythréen rend visite à son homologue somalien, une première

Les acteurs de l’Education du Gontougo instruits sur le déroulement des examens blancs 2019

L’OIPR offre du matériel de salubrité au Lycée moderne de Bouna

Un faux marabout mis aux arrêts avec en sa possession environ 2,4 millions fcfa en faux billets de banque à Aboisso