Marcel Amon Tanoh : « Le Conseil de sécurité de l’ONU doit mieux refléter le monde d'aujourd’hui »
0
 

Écouter
Marcel Amon Tanoh : « Le Conseil de sécurité de l’ONU doit mieux refléter le monde d'aujourd’hui »

Marcel Amon Tanoh : « Le Conseil de sécurité de l’ONU doit mieux refléter le monde d'aujourd’hui »

Boris Odilon BLE/RTI Info | Lu 4479 fois | Publié

A l’occasion de la soixante-treizième session de l'Assemblée générale des Nations Unies débutée le 24 septembre, Marcel Amon Tanoh, ministre ivoirien des affaires étrangères a au cours d’une interview, donné la position de la Côte d’ivoire concernant la réforme du Conseil de sécurité.

« Ce Conseil de Sécurité dans sa structuration ne correspond plus à la réalité du monde. C’est l’héritage de la dernière guerre mondiale alors que nous sommes en 2018 » indique le ministre ivoirien au micro de ONU Info.

Le Conseil de sécurité se compose de 15 membres, dont cinq membres permanents : Chine, États-Unis d'Amérique, Fédération de Russie, France et Royaume-Uni, et 10 membres élus par l'Assemblée générale pour un mandat de deux ans. Aucun pays africain n’est membre de ce conseil. Ce fait, Amon Tanoh le dénonce : « Le continent africain aujourd’hui, c’est plus d’un milliard d’habitants. Vous ne pouvez pas dire que 1 milliard 200 millions d’habitants n’ont pas le droit d’avoir au moins un siège de membre permanent ». « L’Afrique doit avoir un ou deux sièges permanents au lieu d’avoir cette rotation qui ne correspond à rien » clame-t-il.

Se prononçant sur le droit de véto qui est un droit accordé uniquement aux cinq membres permanents de ce Conseil, leur permettant de bloquer toute résolution ou décision, quelle que soit l'opinion majoritaire au Conseil, le ministre ivoirien des affaires étrangères a dit être « contre le droit de véto car il n’est pas démocratique », et souhaité que « le droit de veto soit retiré à tout le monde sur la base du consensus et du dialogue ».

S’exprimant le 27 septembre 2018 à la tribune de l’Assemblée générale des Nations Unies, le Vice-Président ivoirien, Daniel Kablan Duncan, a estimé « qu'il est désormais temps de réformer le Conseil de Sécurité afin qu'il soit  plus représentatif du monde actuel et plus efficace ».

La soixante-treizième session de l'Assemblée générale des Nations Unies débutée le 24 septembre dernier, prend fin ce lundi 1er octobre 2018.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Ethiopie: 66 soldats condamnés à des peines de prison

Gabon: la police disperse une marche de partisans de l'opposant Jean Ping

Bilan à mi-parcours du PND 2016-2020 dans la région de San Pedro

Plus de 7 000 électeurs attendus aux municipales partielles à Rubino

Les populations de Man sensibilisées à connaître leur statut sérologique