Les propos de monsieur Bédié appelant à la haine de l’étranger mettent en péril l’unité nationale et la stabilité du pays (Sidi Touré)
0
 

Écouter
Les propos de monsieur Bédié appelant à la haine de l’étranger mettent en péril l’unité nationale et la stabilité du pays (Sidi Touré)

Les propos de monsieur Bédié appelant à la haine de l’étranger mettent en péril l’unité nationale et la stabilité du pays (Sidi Touré)

Frederic Gore-Bi/RTIinfo | Lu 7593 fois | Publié Il y a 17 jour(s)

Le gouvernement ivoirien a réagi aux propos de monsieur Aimé Henri KONAN BEDIE, Président du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), appelant à la haine de l’étranger au cours d’une rencontre tenue à l’occasion de la réception d’une délégation de son parti, le 05 juin 2019 à Daoukro, sa ville natale. L’information a été donnée par Sidi Touré, le porte-parole du gouvernement.

Dans un communiqué rendu public ce samedi 08 juin, Sidi Touré, ministre de la communication et des médias a indiqué que l’Etat de Côte d’Ivoire ''condamne cette sortie qui n’honore pas son auteur qui ne doit pas méconnaître les obligations liées à son statut''.

L’ancien Chef de l’Etat, explique le communiqué ''a tenu des propos d’une extrême gravité, appelant à la haine de l’étranger, qui sont de nature à mettre en péril, au-delà de la paix et de la cohésion sociale, l’unité nationale et la stabilité du pays''.

''Cette déclaration intervient à un moment où plusieurs localités du pays sont secouées par des violences intercommunautaires qui se sont soldées par des morts, des blessés, des dégâts matériels importants, ainsi que par des déplacements de populations en détresse humanitaire'', ajoute la note.

''Le Gouvernement tient à rappeler à tous que le racisme, la xénophobie, le tribalisme et la discrimination raciale ou religieuse sont constitutifs d’infractions prévues et punies par la loi pénale'', peut-on lire également dans le communiqué.

A noter que le président du PDCI-RDA a déclaré au cours la rencontre avec ses militants ''qu’on fait venir des étrangers armés qui sont stationnés maintenant dans beaucoup de villages''. Continuant sur sa lancée, il avait rajouté ''qu’il faut simplement que nous soyons conscients, car le moment venu, nous agirons, pour empêcher ce hold-up sur la Côte d’Ivoire, sous le couvert de l’orpaillage''.

Une sortie qui n’a pas laissé indifférent le gouvernement qui a réagi par la voix de son porte-parole.

 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Ouverture du « Festival culturel afropolitain nomade » à Abidjan

Le projet de loi sur la représentation des femmes présenté aux parlementaires

Un projet de sensibilisation sur les droits des homosexuels et usagers de la drogue présenté au préfet d’Aboisso

Le projet de plan d’action prioritaire 2020 de l’Agence ivoirienne de presse (AIP) soumis à l’examen de son conseil de gestion

Une étude de faisabilité de valorisation des sous-produits agricoles lancée à Abidjan