Ouattara de retour à Abidjan, après un Sommet de l’UA à Addis Abeba
0
 

Écouter
Publicite
Ouattara de retour à Abidjan, après un Sommet de l’UA à Addis Abeba

Ouattara de retour à Abidjan, après un Sommet de l’UA à Addis Abeba

AIP | Lu 4887 fois | Publié

Le président de la République, Alassane Ouattara, a regagné Abidjan samedi, après avoir pris part à Addis Abeba (Ethiopie) à un Sommet extraordinaire de l’Union Africaine (UA) dont le thème portait sur « Les relations de l’Afrique avec la Cour Pénale Internationale (CPI) ».

Selon un communiqué de la Présidence de la République, le chef de l’Etat a été accueilli à son arrivée à l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan par le Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, M. Hamed Bakayoko qui assure l’intérim du Premier ministre Daniel Kablan Duncan, ainsi que par des membres du Gouvernement et du cabinet présidentiel. Faisant le point de sa participation à ce Sommet, le Président ivoirien a indiqué que c’était une rencontre importante et fructueuse compte tenu de l’actualité. Malgré tout ce qui a été dit et écrit avant le Sommet, ce qui importe de retenir, de l’avis de M. Ouattara, c’est la convergence des points de vue. Ainsi, les pays membres de l’UA ont réaffirmé leur engagement à coopérer avec la CPI. A cet égard, a ajouté le président de la République, les dirigeants africains ont souhaité que la CPI soit plus attentive à leurs préoccupations. Dans ce cadre, ils ont souhaité la suspension des poursuites contre les chefs d’Etat démocratiquement élus, pendant la durée de leur mandat. En le disant, a souligné le Président Ouattara, les participants au Sommet faisaient référence au cas du Kenya où le Président et le Vice-président sont appelés à comparaître à la CPI, alors qu’ils font déjà face à une situation difficile dans leur pays. De plus, les évènements pour lesquels ils sont poursuivis datent de plus de quatre ans, et la paix ainsi que la réconciliation ont permis des élections démocratiques dans ce pays. Toutes choses qui ont amené l’UA à envisager la saisine du Conseil de Sécurité de l’ONU et la CPI aux fins de la suspension de ces poursuites. Pour ce faire, a révélé le président de la République, le Sommet a approuvé la création d’un Groupe de contact pour entreprendre des consultations avec les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies dont trois (USA, Chine et Russie) ne sont pas signataires du Traité de Rome, acte fondateur de la CPI. L’autre acte majeur de ce sommet extraordinaire, a indiqué le chef de l’Etat, a été l’élection de l’Algérien Ismael Chergui au poste de Commissaire pour la Paix et la Sécurité de l’UA, en remplacement de son homologue, M. Lamamra qui vient d’être nommé ministre des Affaires étrangères de l’Algérie. Par ailleurs, le Sommet a exprimé ses condoléances aux familles des victimes de l’attaque du Westgate, au Kenya et à celles du tragique accident de bateau survenu à Lampedusa, en Italie. En raison de la récurrence de ces naufrages, le Sommet a appelé à une collaboration renforcée avec l’Union Européenne, en vue de la mise en œuvre d’une réelle politique d’immigration. Pour terminer, le président de la République, informé de la victoire des Eléphants- footballeurs face à l’équipe du Sénégal (3 à 1), a tenu à exprimer ses chaleureuses félicitations aux joueurs ivoiriens et a dit pouvoir compter sur eux pour la victoire finale et la qualification ivoirienne à la prochaine coupe du monde de football qui aura lieu au Brésil.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Une marche silencieuse au lycée Sainte Marie en mémoire des victimes du SIDA

La quinzaine des droits de l’Homme du CNDH débute par la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le sida

La section du Regroupement des acteurs ivoiriens des droits de l’homme (RAIDH) relève les actions de prévention de la crise électorale à Aboisso

Une organisation déplore le refus des personnes vivant avec le VIH de fréquenter les hôpitaux à cause du Covid-19

Un fonds de 20 milliards FCFA pour le développement des petites et moyennes entreprises (PME) ivoiriennes

Publicite
Publicite