Le préfet de la Mé appelle les populations à des élections apaisées
0
 

Écouter
Le préfet de la Mé appelle les populations à des élections apaisées

Le préfet de la Mé appelle les populations à des élections apaisées

AIP | Lu 2014 fois | Publié

Le préfet de la région de la Mé, N’Zi Kanga Rémi a appelé jeudi les élus et chefs de village d’Adzopé à faire en sorte que les élections à venir se déroulent dans le calme, lors de la cérémonie de présentation des vœux de nouvel an.

"Les élections sénatoriales et locales sont annoncées pour cette année. Je vous demande de faire en sorte que ce soient des consultations fraternelles", a-t-il dit. "Préparez déjà vos électeurs au calme pour que ces élections se déroulent sans confrontation physique", a-t-il ajouté, s’adressant aux élus.

M. N’Zi a demandé aux chefs de village de ne pas avoir de parti pris pendant ces élections et de faire en sorte que la paix règne dans leurs différents villages. "Un chef ne doit pas avoir de parti pris. Les candidats sont tous vos enfants et vous devez faire en sorte que la paix règne dans vos villages pendant les élections", a-t-il martelé.

Le porte-parole des élus, Gbocho Marcel, les élus du département d’Adzopé a indiqué qu’ils s’inscrivent dans cette logique d’élection apaisée. "Nous voulons vous assurer de notre engagement à œuvrer non seulement pour le développement de notre département mais surtout pour la tenue d’élections apaisées que les populations appréhendent déjà à tort ou à raison", a-t-il dit.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Burundi: le parti au pouvoir réuni pour désigner son candidat à la présidentielle

Tiassalé : Un accident de circulation fait 18 morts et 32 blessés sur l’autoroute du Nord

Nassian : Plus de 32 tonnes de riz distribuées pour encourager la scolarisation de la jeune fille

Le recensement général de la population et de l'habitat devrait se faire en avril et mai 2020 (Ministre Nialé Kaba)

Danané : La Ligue Dan s’engage dans la lutte contre la pauvreté dans l’Ouest ivoirien