Ré-identification : Les ressortissants CEDEAO confrontés à des difficultés à Tiébissou
0
 

Écouter
Ré-identification : Les ressortissants CEDEAO confrontés à des difficultés à Tiébissou

Ré-identification : Les ressortissants CEDEAO confrontés à des difficultés à Tiébissou

AIP | Lu 1757 fois | Publié

Les abonnés de Orange Côte d’Ivoire, issus des pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), sont confrontés à des difficultés, notamment le refus de la carte consulaire par les agents de cet opérateur, dans le cadre des opérations de ré-identification des cartes SIM, a constaté l’AIP.

Selon le nigérian Adebayo Said, toutes les tentatives auprès de l’opérateur Orange, pour se faire ré-identifier, ont été vaines, sous prétexte que sa « carte consulaire ne peut être acceptée » pour cette opération. M. Adebayo a toutefois relevé qu’il n’a rencontré aucun problème du genre avec les autres opérateurs mobiles.

A l’image du nigérian Said, la majorité des ressortissants CEDEAO vivant à Tiébissou ont exprimé leurs indignations face à cette situation jugée incompréhensible. Attendu que les autres opérateurs présents dans la localité affirment n’avoir « rencontré ce genre de problème ».

La compagnie indexée souligne que seules les pièces fournies par l’Office national d’identification (ONI) sont valables. Elle  dit suivre les consignes de sa hiérarchie.

Cette opération d’identification ou ré-identification des abonnés des téléphonies mobiles a révélé que bon nombre d’ivoiriens sont sans pièces d’identité à Tiébissou, selon un agent d’une entreprise de téléphonie mobile.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Guinée: le président promulgue sa Constitution et approuve un plan anti-coronavirus

Coronavirus: le Sénégal accorde un congé pénitentiaire de deux mois à Hissène Habré

La Côte d’Ivoire franchit la barre de 300 infectés au coronavirus

Le ministre d’Etat Hamed Bakayoko déclaré positif au COVID 19 (Déclaration)

Covid 19 : le gouvernement offre des vivres et non vivres à des populations vulnérables d’Anyama