Un jeune dealer condamné par le tribunal d’Abengourou
0
 

Écouter
 Un jeune dealer condamné par le tribunal d’Abengourou

Un jeune dealer condamné par le tribunal d’Abengourou

Aip | Lu 1600 fois | Publié

Kouadio Kouakou Ezer, un jeune déscolarisé de 19 ans, a été condamné mercredi à cinq ans d’emprisonnement ferme par le tribunal de première instance d’Abengourou pour détention illicite de drogue en vue de la vente et de la consommation

Libéré de prison fin janvier suite à la dernière grâce présidentielle, ce récidiviste notoire y retourne seulement deux mois après pour le même motif,  le trafic de drogue. A la seule différence que cette fois, il voulait opérer dans la cour des grands en écoulant de la cocaïne et de l’héroïne et non du cannabis comme à ses débuts.

Malheureusement, il sera cueilli dans la nuit du 24 au 25 mars 2018 par des éléments de la cellule anti-drogue de la brigade de gendarmerie d’Abengourou. Ces derniers, qui le filaient depuis un certains temps, vont réussir enfin à lui mettre le grappin dessus à Agnibilékrou où il était allé se procurer de la « marchandise prohibée ».

Aux environs de 1h du matin, alors qu’il était endormi, les fin limiers de la gendarmerie font éruption dans sa chambre à coucher pour le cueillir à froid. Une perquisition de cette chambre permettra aux forces de l’ordre de découvrir un sachet de couleur bleu contenant 18 doses de cocaïne, deux doses d’héroïne et plusieurs comprimés d’amphétamine.

Les dénégations à la barre du jeune dealer lors de sa comparution n’ont pas réussi à convaincre le tribunal de son innocence. « La chambre où ils m’ont pris n’est pas la mienne. C’est pour un ami. Moi, je ne suis pas un consommateur de drogue encore moins un revendeur », tente-t-il de se disculper.

« Tu dors dans une chambre où on t’appréhende avec un sachet contenant de la drogue et tu veux faire croire qu’elle ne t’appartient pas. Et puis tu sors tout fraîchement de prison pour le même motif.  Est-ce que tu vas changer un jour, toi ? ».

S’est interrogé le juge avant de prononcer à l’encontre du prévenu une peine de cinq ans d’emprisonnement ferme et 500.000 FCFA d’amende. Il a également ordonné la confiscation de la drogue en vue de sa destruction.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Le Secrétariat d’Etat chargé des Affaires maritimes veut redynamiser l’Académie régionale des sciences et techniques de la mer (ARSTM)

Les autorités d’Alépé au secours des victimes des pluies diluviennes

Des aviculteurs formés à l’utilisation des antibiotiques en lien avec la sécurité sanitaire des aliments

Le gouvernement appelle à l’intensification des initiatives en faveur des femmes rurales

Le corps préfectoral de la Réserve du Haut-Bandama salue la tenue de la réunion ordinaire du CGL au sein de l’aire protégée