Ferkessédougou : Des activités de vacances pour mieux préparer la rentrée scolaire
0
 

Écouter
Ferkessédougou : Des activités de vacances pour mieux préparer la rentrée scolaire

Ferkessédougou : Des activités de vacances pour mieux préparer la rentrée scolaire

Aip | Lu 1433 fois | Publié

Des élèves, d’origine sociale modeste pour la plupart, profitent des vacances scolaires pour se faire de l’argent et lutter contre l’ennui.

Ces élèves exercent de petits métiers depuis le démarrage des vacances scolaires. « Mon frère et moi, mettons toujours les vacances à profit pour nous faire de l’argent. Nous vendons des crèmes dans les rues de Ferkessédougou », a expliqué Ouattara Moussa (13 ans), élève qui passe en classe de 5ème au collège moderne Ferkessédougou.

Selon lui, ce métier de vendeur est déjà assez intéressant pour un élève qui veut se faire de l’argent de poche et soutenir ses parents dans l’achat de vêtements et de fournitures scolaires, à la rentrée.

Ouattara Noufou, 18 ans, élève au lycée moderne Ferkessédougou, soutient que la vente de beignets de sésames qu’il exerce pendant ces vacances scolaires est très bénéfique. Elle lui permet de lutter contre l’ennui tout en étant une occasion de se faire de l’argent.

« Je me promène sans complexe dans tous les quartiers Lanviara, Kafalovogo, Gare, etc. Tous mes amis ont voyagé. Ce que je fais, me permet de me divertir moi aussi. Je vois du monde, je vais vendre là où il y a des manifestations, des cérémonies de mariage et je gagne de l’argent. Le beignet coûte 100 francs, j’en vends une vingtaine par jour », a-t-il indiqué. « Papa et maman vendent des habits au marché. Ils sont fiers de moi », a-t-il ajouté.

Diabaté Moussa, lui est apprenti photographe. Cet élève qui passe en troisième, au lycée moderne Ferkessédougou, trouve qu’il est bon de faire quelque chose pendant les vacances scolaires. « C’est comme ça qu’on se forme. Nous n’allons pas demeurer enfants toute notre vie. Il faut apprendre à soutenir nos parents qui souffrent pour nous », a-t-il soutenu.

Les enfants déscolarisés qui exercent de coutume ces petits métiers n’y voient pas d’inconvénients quand des élèves viennent bosser avec eux pendant les vacances. « Il n’y a pas de concurrence, Chacun y trouve son compte. Au contraire, quand on voit des élèves faire ces petits jobs, on est décomplexé, et nous travaillons avec assurance et enthousiasme », a renchéri Douhaï Maïga, 17 ans, vendeur ambulant.

 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Interception à Dakar de 30 migrants sénégalais et gambiens en route pour l'Espagne

Identification : lancement du Registre national de personnes physiques

Le gouvernement exprime sa compassion aux victimes des actes de violence des élèves pour des congés anticipés

Un pasteur condamné à six mois de prison ferme à Bouna pour la destruction d’objets sacrés

Le fonds saoudien va financer la construction du CHU à Abobo (Ministre)