Séguéla: Les cours suspendus dans les établissements secondaires publics suite à l’agression d’un enseignant
0
 

Écouter
Séguéla: Les cours suspendus dans les établissements secondaires publics suite à l’agression d’un enseignant

Séguéla: Les cours suspendus dans les établissements secondaires publics suite à l’agression d’un enseignant

Aip | Lu 2541 fois | Publié

Les cours vaquent dans les trois établissements secondaires publics de Séguéla suite au cambriolage du domicile et à l’agression à la machette de la famille d’un enseignant de philosophie du lycée moderne Dominique Ouattara, N’Dri Koffi Justin, dans la nuit de dimanche à lundi,

« Ce n’est pas une grève, c’est un mouvement de protestation », avait tenu à préciser le porte-parole des enseignants, Yéo Beh Philémon, aux secrétaires généraux de la DRENETFP qui les recevaient de la part du directeur régional absent.

« Aujourd’hui, c’est lui. Ça aurait pu être chacun de nous ici présents. Donc, nous nous devons d’être solidaires », a confié l’un des marcheurs après l’étape du commissariat de police.

Les premiers élèves à être libérés furent ceux de ce lycée, le plus grand de la région du Worodougou, avec plus de 4 500 apprenants.

Par la suite, les professeurs du collège moderne BAD et du lycée moderne des Jeunes filles ont rejoint leurs collègues pour une marche de protestation à travers la ville et en direction de la direction régionale de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (DRENETFP), du commissariat de police et de la préfecture

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Difficile cohabitation entre deux villages voisins à Bocanda

Grand-Lahou: Réactivation du projet pour le désensablement de l’embouchure.

Les directeurs et chefs de services publics, parapublics et privés de Bouaflé dénoncent les attaques incessantes de leurs domiciles.

Le préfet Beudjé insatisfait de l’avancée des travaux de réhabilitation de la voie Yamoussoukro-Bouaflé

Brexit: "La pression est du côté" du Royaume-Uni (Macron)