Au moins un mort dans des violences entre populations à Zouan-Hounien, le ministre Mabri Toikeusse appelle au calme
0
 

Écouter
Au moins un mort dans des violences entre populations à Zouan-Hounien, le ministre Mabri Toikeusse appelle au calme

Au moins un mort dans des violences entre populations à Zouan-Hounien, le ministre Mabri Toikeusse appelle au calme

RTI Info/Boris Odilon BLE | Lu 2369 fois | Publié Il y a 21 jour(s)

Des heurts opposant les populations de Zouan-Hounien ont éclaté le lundi 19 novembre 2018. A la base de ces affrontements, le décès d’un jeune élève. Informés de la situation, le ministre Albert Mabri Toikeusse et des cadres de la région ont appelé au calme.

Il règne un calme précaire sur Zouan-Hounien situé dans le Tonkpi à l’ouest de la Côte d’Ivoire. Selon notre correspondant, le « décès brutal d’un élève serait à la base des violences ». En effet, le vendredi 16 novembre 2018, des élèves en partance pour leur village se sont accrochés à un camion transportant du cacao à l’insu du conducteur et de son apprenti. Ayant remarqué des passagers « clandestins », le conducteur va stationner son véhicule et, aidé par son apprenti, se mettre à la poursuite des 4 élèves. Parmi ces derniers, 3 réussiront à s’échapper. « Le plus jeune sera saisi puis frappé par les transporteurs » confie le préfet Henri Gnakouri. Transporté à l’hôpital général de Zouan-Hounien, il décédera des suites de ses blessures dans la nuit du vendredi à samedi aux environs de 2 heures. Le conducteur et son apprenti sont retrouvés et mis à la disposition de la justice.

Dans les journées de samedi et dimanche, les autorités préfectorales tiennent des réunions pour sensibiliser afin que les choses ne s’enveniment. Hélas ! Le lundi, les élèves décident de paralyser la ville en guise de protestation. Les écoles sont fermées, les commerces aussi. Le même scénario se produit le jour qui suit. La situation déjà tendue se mue en affrontement entre populations dès ce mercredi 21 novembre 2018. Dans ces affrontements d’une rare violence, l’on dénombre « au moins un mort et de nombreux blessés, des véhicules endommagés, la mosquée centrale saccagée, des domiciles dont celui du maire incendié » indique notre correspondant. 

Informés de la situation, les cadres du département avec à leur tête le ministre Albert Mabri Toikeusse vont « condamner la violence et demander à l’ensemble des communautés de s’impliquer pour le retour de la paix dans la ville ». Les forces de l’ordre de la ville appuyées par des renforts venus de Man et Danané ont été déployées pour assurer la sécurité des personnes et des biens.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Gandhi accusé de "racisme", une statue retirée d'une université au Ghana

Le président érythréen rend visite à son homologue somalien, une première

Les acteurs de l’Education du Gontougo instruits sur le déroulement des examens blancs 2019

L’OIPR offre du matériel de salubrité au Lycée moderne de Bouna

Un faux marabout mis aux arrêts avec en sa possession environ 2,4 millions fcfa en faux billets de banque à Aboisso