L’administration opposée aux patrouilles de dozos à Booko et à Mahandougou
0
 

Écouter
L’administration opposée aux patrouilles de dozos à Booko et à Mahandougou

L’administration opposée aux patrouilles de dozos à Booko et à Mahandougou

AIP | Lu 1379 fois | Publié Il y a 24 jour(s)

Le préfet de Koro, Kouakou Yao Dinard, a exprimé aux populations des sous-préfectures Booko et à Mahandougou, son opposition quant au choix qu’elles ont opéré de confier leur sécurité à des chasseurs traditionnels communément appelés dozos qui, jour et nuit, sillonnent, de ce fait, les rues de ces deux cités.

Les habitants de ces deux localités, sous le prétexte d’une recrudescence de l’insécurité que n’arriverait pas à contenir les forces régulières, ont fait appel à ces chasseurs traditionnels. L’autorité administrative appuyée par le député de la circonscription, Diomandé Lassina, est allée à leur rencontre, vendredi, pour les convaincre de renoncer à ce choix.

“Depuis le lancement de la campagne anacarde, les coupeurs de route et les braqueurs ont imposé leur loi. Les forces de l’ordre n’arrivent pas à contenir cette insécurité montante”, a déclaré, lors de la rencontre, le chef du village de Booko, Diomandé Daouda, pour justifier l’appel fait aux dozos.

Des chasseurs traditionnels qui, à en croire l’imam de la grande mosquée de Booko, El Hadj Diomandé Mamadou, grâce à des patrouilles de jour et de nuit, ont fait chuter le nombre de braquages et ont rendu les déplacements aisés.

” Ce n’est pas une raison pour confier votre sécurité aux dozos. Ils ne sont pas formés et les forces républicaines peuvent réussir la sécurisation de la zone si vous collaborez franchement avec eux”, a répondu le préfet Kouakou Yao Dinard.  Le député Diomandé Lassina, dans la même veine, a exhorté les populations à renoncer à cette stratégie et à travailler de concert avec les forces de l’ordre.

“Nous avons compris le message. Mais les gendarmes présents sont en nombre insuffisant. Demandez du renfort pour plus d’efficacité, monsieur le préfet”, a  souhaité le chef du village de Kaala, Diomandé Abou.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Des cambriolages récurrents dans des églises à Sakassou

Grève à l’Education nationale : le ministère plaide pour un retour des syndicats encore en marge des négociations

Des pays africains réfléchissent à Abidjan sur des solutions durables à l’érosion côtière

Reprise partielle des cours au secondaire à Agnibilekrou

Des militaires de Man renforcent leurs capacités en Droits de l’Homme