Tiassalé : Un chauffeur de taxi écope de 36 mois de prison pour des faits d’abus de confiance et de vol
0
 

Écouter
Tiassalé : Un chauffeur de taxi écope de 36 mois de prison pour des faits d’abus de confiance et de vol

Tiassalé : Un chauffeur de taxi écope de 36 mois de prison pour des faits d’abus de confiance et de vol

AIP | Lu 1856 fois | Publié Il y a 6 jour(s)

Un chauffeur de taxi-compteur, Kadjo Christian Donald, 26 ans, a été condamné mercredi par le tribunal correctionnel de Tiassalé à 36 mois de prison ferme pour des faits d’abus de confiance et pour le vol de la somme de 202 000 FCFA.

Après qu’il a disparu d’Abidjan avec le taxi mis à sa disposition, le 4 mai, Christian se retrouve à Sikensi avec des jeunes qu’il présente à la barre du tribunal comme ses amis. Au cours d’une virée dans une maison close, il soutire le porte-monnaie d’un certain Moignon, contenant 202 000 FCFA représentant trois mois de son salaire.

Interpellé plus tard par ses prétendus amis, Christian n’a sur lui que 80 000 FCFA, le reste de l’argent ayant été utilisé à faire la fête dans des bars.

Au poste de police de Sikensi comme au Parquet du tribunal de Tiassalé, il reconnaît le vol de l’argent et l’abus de confiance au détriment du taxi-compteur. Il affirme ne plus reconnaître le numéro de téléphone et le nom du gérant du taxi-compteur, non plus ceux du propriétaire du véhicule.

A sa sortie de prison, Kadjo Christian devra payer 122 000 FCFA au titre des dommages et intérêts à Moignon et 20.000 francs comme amende à l’État. En outre, il sera privé de ses droits civiques pendant cinq ans et privé du droit de paraître partout en Côte d’Ivoire pendant 10 ans, sauf dans son département de naissance.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Grand-Bassam accueille un atelier pour l’actualisation de la cartographie des conflits en Côte d’Ivoire

Ouverture d’un symposium sur le droit à l’éducation et l’inclusion dans les politiques et pratiques éducatives

Création d'un nouvel organe en charge de l’identification des personnes dénommé Office national de l’état civil et de l’identification (ONECI)

Une Fondation lance un projet pour l’autonomisation économique de la femme

Plus de 8 000 enfants migrants enregistrés dans l’espace Côte d’Ivoire, Burkina Faso et Mali