Le majordome qui croyait aider le Pape en révélant les scandales
0
 

Écouter
Le majordome qui croyait aider le Pape en révélant les scandales

Le majordome qui croyait aider le Pape en révélant les scandales

AFP | Lu 950 fois | Publié

Le majordome du pape, Paolo Gabriele, qui comparaît samedi dans un procès pour le scandale \"Vatileaks\", était un employé modèle qui s\'est cru chargé de dénoncer les scandales au Vatican et remettre l\'Eglise \"sur les rails\".

A-t-il été conditionné dans le contexte d'un vaste complot? Le procès public permettra sans doute d'en savoir plus. Ce laïc de 46 ans était au service de Benoît XVI depuis 2006. Marié et père de trois enfants, "Paoletto" a été décrit comme très pieux et discret, un peu fermé, sans beaucoup d'initiatives personnelles dans le travail quotidien. La famille Gabriele était bien connue et aimée parmi les 594 citoyens du plus petit Etat du monde. Chargé de préparer à Benoît XVI ses habits de cérémonie et toujours à ses côtés dans la papamobile, "Paoletto" lui tendait un parapluie quand il pleuvait. Toujours tiré à quatre épingles, il aidait Benoît XVI à se vêtir vers 06H30 locales puis ne le quittait pratiquement plus de la journée. Parfois il déjeunait à la table du pape. Chaque jour, il était le premier et le dernier à le voir. Mais, dans le même temps, il subtilisait et photocopiait des dizaines de documents ultra-secrets qu'il transmettait à l'extérieur... Le pape, qui l'aimait comme un fils, a été profondément choqué par sa trahison, selon son entourage. Le majordome a expliqué au procureur Nicola Picardi avoir agi "parce que le Saint-Père n'était pas correctement informé" de ce qui se passait autour de lui. Dans une interview réalisée en février dans l'obscurité à la chaîne La Sette, il avait dénoncé "l'omerta" et "le royaume de l'hypocrisie" au Vatican. "Voyant le mal et la corruption partout dans l'Eglise, j'en étais arrivé (...) à un point de non retour, mes freins inhibiteurs avaient laché. J'étais convaincu qu'un choc, même médiatique, aurait pu être salutaire pour remettre l'Eglise sur les bons rails", a-t-il avoué aux juges. "J'ai été conditionné par un environnement, (...) des conditions qui étaient un scandale pour la foi, qui alimentaient une série de mystères irrésolus", a-t-il encore dit. "Esprit sain" Il a fait valoir "son intérêt pour les services secrets": "je pensais que dans l'Eglise ce rôle était précisément celui de l'Esprit Saint, dont je me sentais un infiltré", a-t-il déclaré. Selon la presse italienne, Gabriele était trop bavard: il aimait s'épancher dans les cafés, en infraction à l'obligation de discrétion absolue que lui conférait son poste. Les enquêteurs ont parlé d'un "sujet impressionnable capable de commettre des actions pouvant lui nuire et nuire aux autres". Deux rapports psychiatriques ont été effectués. Le rapport d'un psychologue, Tonino Cantelmi, parle d'un "grave malaise psychologique caractérisé par l'inquiétude, la tension, la colère, la frustration". Paolo Roma, l'autre psychologue, parle d'"une personnalité fragile avec des aspects paranoïaques qui cachent une profonde insécurité personnelle et un désir inassouvi de considération et d'affection". Selon le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, "personne, pas même les magistrats, n'a évoqué une motivation économique" aux agissements de Paolo Gabriele, mais des raisons "morales". L'enquête a fait apparaître que le majordome était la source principale --mais pas unique-- du journaliste Gianluigi Nuzzi qui avait publié le livre "Sua Santita" regroupant une grande quantité de documents secrets subtilisés au Vatican. Si Paolo Gabriele a affirmé avoir agi de sa propre initiative, il affirme qu'une vingtaine d'autres personnes dans les différents organismes du Vatican ont fait de même. Les médias italiens ont évoqué la possibilité que les taupes aient été instrumentalisées par de hauts prélats visant à mettre sur la touche le numéro deux du Vatican Tarcisio Bertone, bras droit du pape. Selon d'autres sources, le majordome aurait été conditionné par d'anciens proches du pape, désireux de faire la lumière dans les affaires du Vatican.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Zimbabwe: Mnangagwa réassigne 4 généraux à des postes diplomatiques

Arrêté pour corruption, le fils de l'ex-président du Mozambique reste en prison

Le port de San Pedro et Afrique pesage CI engagés à appliquer le règlement 14 de l’UEMOA

Une Journée pour promouvoir l’innovation agricole durable en Côte d’Ivoire

Une charte sur la gestion des feux de brousse validée à Oumé