Côte d’Ivoire: Les associations de victimes du Probo Koala remettent en cause l’accord signé en 2007.
0
 

Écouter
Côte d’Ivoire: Les associations de victimes du Probo Koala remettent en cause l’accord signé en 2007.

Côte d’Ivoire: Les associations de victimes du Probo Koala remettent en cause l’accord signé en 2007.

Didier N\'Doli | d.ndoli@rti.ci | Lu 1064 fois | Publié

Amnesty international et Greenpeace ont publié un rapport, intitulé «Une vérité toxique», portant sur les empoisonnements et la pollution causés par le déversement à Abidjan de déchets toxiques par le navire Probo Koala en 2006. Plus de 100 000 Abidjanais tombent malades et quinze personnes décèdent dès suites de leur intoxication. Les deux ONG demandent maintenant qu\'une enquête pénale visant Trafigura, la multinationale ayant affrété le Probo Koala, soit ouverte au Royaume Uni.

Condamnée deux fois aux Pays-Bas dans l’affaire des déchets toxiques du Probo Koala, Trafigura pourrait être encore poursuivi devant des tribunaux britannique et hollandais. À Abidjan, après la publication du rapport de ces deux ONG, la réaction des associations des victimes ne s’est pas fait attendre. Amnesty International et Greenpeace demandent au gouvernement ivoirien de remettre en cause la légalité de l’accord conclu en 2007 avec Trafigura, du temps du pouvoir de Laurent Gbagbo. A ce sujet le porte-parole du gouvernement Mr Bruno Koné à souligné que « L’Etat ivoirien ne fera pas de démarche dans ce sens-là », selon le actuel. Sauf, ajoute , si de nouveaux éléments indiquent qu’il y a lieu de poursuivre Trafigura. C’est en tout cas le souhait d’Amnesty International et Greenpeace.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Zimbabwe: Mnangagwa réassigne 4 généraux à des postes diplomatiques

Arrêté pour corruption, le fils de l'ex-président du Mozambique reste en prison

Le port de San Pedro et Afrique pesage CI engagés à appliquer le règlement 14 de l’UEMOA

Une Journée pour promouvoir l’innovation agricole durable en Côte d’Ivoire

Une charte sur la gestion des feux de brousse validée à Oumé