Centrale attaquée en Côte d'Ivoire: retour à la normale en fin de semaine
0
 

Écouter
Centrale attaquée en Côte d'Ivoire: retour à la normale en fin de semaine

Centrale attaquée en Côte d'Ivoire: retour à la normale en fin de semaine

AFP | Lu 1344 fois | Publié

La centrale thermique d\'Abidjan endommagée lors d\'une attaque d\'inconnus armés devrait de nouveau fonctionner normalement \"d\'ici la fin de la semaine\", a déclaré mardi son directeur à l\'AFP.

La turbine endommagée de la centrale thermique d'Azito pourrait de nouveau marcher d'ici la fin de la semaine. Nous pensons que cette semaine nous pourrons être opérationnels", a affirmé son directeur, Marc Clissen. "Nous sommes choqués par ces événements, mais pas effrayés car le gouvernement a pris des mesures sécuritaires contre de nouvelles attaques", a-t-il ajouté. Le gouvernement du président ivoirien Alassane Ouattara a annoncé lundi un renforcement de la sécurité des "sites stratégiques", après l'attaque menée dans la nuit de dimanche à lundi contre la centrale, la première visant un site sensible depuis le début en août d'opérations d'assaillants armés. L'une des deux turbines à gaz de la centrale, attaquée à la grenade, est depuis lors hors service, entraînant une réduction de moitié de la capacité du site, normalement de 280 mégawatts d'électricité. Le gouvernement a toutefois assuré que l'attaque n'avait pas d'incidence sur l'approvisionnement en électricité. Au cours de la même nuit, une autre attaque a ciblé la police et la gendarmerie à Bonoua (60 km environ à l'est d'Abidjan), ville du sud et carrefour vers la frontière ghanéenne à l'est. Le régime Ouattara a imputé les attaques récentes à des partisans de l'ex-président Laurent Gbagbo, en particulier des exilés basés au Ghana, qui démentent toute implication. Dans un communiqué publié mardi, le parti de M. Gbagbo, le Front populaire ivoirien (FPI), s'est dit "profondément choqué et indigné par ces attaques armées à répétition" et a condamné "avec la plus grande fermeté cette autre vague de violence qui en ajoute au climat d'insécurité généralisée". La vague d'attaques perpétrées depuis août a marqué le plus grave regain de tension depuis la fin de la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011, qui a fait quelque 3.000 mo
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Burkina: manœuvres militaires pour contrer le terrorisme au Sahel

Nigeria: deux soldats tués par Boko Haram dans le nord-est

Les cadres du Bounkani invités à aider à l’insertion professionnelle des jeunes

Vers l’introduction de l’agriculture biologique dans la région du Tchologo

Des cadres africains renforcent leurs capacités en commerce international à Abidjan