Drame à Yopougon: Un incendie fait 08 morts dans une cité policière
0
 

Drame à Yopougon: Un incendie fait 08 morts dans une cité policière

Frédéric Goré-Bi/RTIinfo | Lu 3187 fois | Publié Il y a 20 jour(s)

08 membres d’une même famille ont péri dans l’incendie d’une maison de la cité policière de Yopougon Toits-Rouges, située en face de l’ex-cité de la brigade anti-émeute (BAE).

L'incendie s'est déclaré dans la nuit du mercredi 21 au jeudi 22 novembre 2018, emportant sur son passage tous les biens matériels et les 8 personnes qui occupaient en cette nuit la maison dont l'âge varie entre 7 et 30 ans.

"Devant l’intensité des flammes et pour éviter que l’incendie ne se propage chez les voisins, la compagnie ivoirienne d’électricité (CIE) a été obligée d’interrompre la fourniture d'électricité toute la nuit dans le quartier" a déclaré un riverain encore sous le choc.

Alertés aux environs de 01 heure, les sapeurs-pompiers militaires n’ont pu faire grand chose pour secourir les occupants de la maison. Surtout, que selon le colonel Sako, Commandant du groupement des sapeurs-pompiers militaires (GSPM), ses éléments ont eu du mal à avoir accès à la maison déjà en proie aux flammes par rapport aux différentes modifications apportées aux constructions. "Face à la complexité des habitations qui a rendu leur accès difficile, nos équipes ont été obligées de casser le mur du voisin afin d’accéder au lieu du sinistre", a-t-il indiqué.

Selon le commandant des sapeurs-pompiers militaires "sur les 09 personnes qui occupent la maison de trois pièces, sauf la mère de famille était absente parce qu’elle s’était rendue à une veillée funèbre".

Interrogé sur les origines de l’incendie, le Colonel Sako soutient qu’elles demeurent pour le moment inconnues. "Nous ne savons pas ce qui a provoqué l’incendie. Seule la police pourra vous le dire au terme de son enquête" a-t-il souligné.

Arrivé sur les lieux du drame dès qu’il a été informé, le préfet d’Abidjan, Vincent Toh Bi Irié a tout d’abord présenté ses condoléances à la famille éplorée ainsi qu’au voisinage et à tout le quartier. "Tirant des leçons de ce drame dans notre circonscription, le Département d’Abidjan, nous procéderons à de nouvelles séances de sensibilisation dans certains quartiers sur les mesures de sécurité à observer à l’intérieur de nos quartiers’’ a fait savoir le préfet.

Il faut rappeler que le 25 juillet 2018 à Grand Bassam, 09 membres d’une même famille ont trouvé la mort dans un incendie qui a ravagé leur lieu d’habitation. Un drame similaire s’est également produit à Divo un mois plus tard, précisément le 22 août 2018. Date, à laquelle, un enseignant du lycée moderne de la cité du Djiboua, ses 5 enfants et sa servante ont été tués dans un incendie.

 

 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Gandhi accusé de "racisme", une statue retirée d'une université au Ghana

Le président érythréen rend visite à son homologue somalien, une première

Les acteurs de l’Education du Gontougo instruits sur le déroulement des examens blancs 2019

L’OIPR offre du matériel de salubrité au Lycée moderne de Bouna

Un faux marabout mis aux arrêts avec en sa possession environ 2,4 millions fcfa en faux billets de banque à Aboisso