Sidi Tiémoko Touré (Ministre de la Communication) : « Nous veillerons à ce que les 123 travailleurs de Frat-mat partent dignement. »
0
 

Écouter
Sidi Tiémoko Touré (Ministre de la Communication) : « Nous veillerons à ce que les 123 travailleurs de Frat-mat partent dignement. »

Sidi Tiémoko Touré (Ministre de la Communication) : « Nous veillerons à ce que les 123 travailleurs de Frat-mat partent dignement. »

Frédéric Goré-Bi/RTI Info | Lu 2096 fois | Publié Il y a 23 jour(s)

Sidi Tiémoko Touré, Ministre de la Communication et des Médias était ce jeudi 22 novembre 2018 face à la presse pour le traditionnel compte rendu du Conseil des Ministres. Profitant d’une question d’un confrère sur le cas des 123 travailleurs du groupe Fraternité-Matin qui viennent d’être licenciés pour motifs économiques, Sidi Touré a bien voulu les rassurer quant à la disponibilité et au soutien du gouvernement. « Nous veillerons à ce que les travailleurs partent dignement », a-t-il indiqué.

Depuis le mardi 20 novembre, 123 travailleurs ont été informés par la Direction générale de la société nationale nouvelle presse et d’édition de Côte d’Ivoire (SNEPPCI), société éditrice du quotidien pro-gouvernemental, Fraternité-Matin, qu’ils ne feront plus désormais partie des effectifs. Interrogé sur le sort de ces employés parmi lesquels 11 journalistes, Sidi Touré a d’emblée apporté sa compassion aux travailleurs licenciés. « Je voudrais partager avec vous toute ma compassion aux personnes qui sont touchées par le licenciement à Fraternité Matin », a-t-il souligné.

Interrogé sur la justification d’une telle mesure et surtout sur les critères qui ont prévalu à l’élaboration de la liste des employés licenciés, Sidi Touré s’est voulu sans ambages. « Depuis plus de 10 ans, la société nationale nouvelle presse et d’édition de Côte d’Ivoire (SNEPPCI), subit des contrecoups en terme d’organisation et de difficultés d’ordre opérationnel’’, a d’abord fait savoir Sidi Touré. Continuant sur sa lancée, le porte-parole du Gouvernement a tenté de donner les raisons qui ont milité à la prise de cette décision. « Il était important que l’Etat de Côte d’Ivoire prenne des décisions à cet effet pour éviter que la structure se retrouve en faillite », a-t-il affirmé.

Pour Sidi Touré, cette décision prise depuis le 16 novembre 2017 en Conseil des Ministres, vise la restructuration et le redressement de l’entreprise. Des aspects qui portent sur la réorganisation opérationnelle, mais aussi le redressement financier de Fraternité Matin. « Une telle mesure quand elle est prise, c’est sur des critères tout à fait justifiés et objectifs », a fait savoir Sidi Tiémoko Touré.

Le Ministre de la Communication et des Médias a néanmoins tenu à rassurer sur la volonté du Gouvernement à bien accompagner les licenciés. « Tous les uns et les autres qui se retrouvent dans cette situation, bénéficieront tous de traitement d’accompagnement, a-t-il relevé.

« C’est avec beaucoup de pincements au cœur, mais nous sommes obligés de passer par là si nous voulons une entreprise viable et qui puisse préexister après des différentes mesures », a avoué le porte-parole du gouvernement.

Après celui en date du 15 février 2002, qui a vu 280 employés remerciés par l’ex- Directeur général, Honorat de Yédagne, l’entreprise de presse pro-gouvernemental, Fraternité Matin connait son deuxième plus grand licenciement.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

France: le référendum d'initiative citoyenne, une demande montante des "gilets jaunes"

Une ONG offre des cadeaux à une cinquantaine d’orphelins à Gagnoa

Un cortège funèbre fait un blessé grave à Bouna

Zimbabwe: Mnangagwa promet des réformes pour promouvoir la démocratie

"Gilets jaunes": plus d'une centaine de gardes à vue à Paris (préfecture)