Des jeunes éduqués sur la thématique de la radicalisation jeune et l’extrémisme violent en Afrique
0
 

Écouter
Des jeunes éduqués sur la thématique de la radicalisation jeune et l’extrémisme violent en Afrique

Des jeunes éduqués sur la thématique de la radicalisation jeune et l’extrémisme violent en Afrique

RTIinfo/Dorcas Loba (Stagiaire) | Lu 1628 fois | Publié

"La radicalisation jeune et l’extrémisme violent en Afrique" est le thème de la cinquième édition du Campus des Droits de l’Homme (CDH), initiée par l’Observation Ivoirien des Droits de l’Homme (OIDH). Pendant 05 jours, le CDH va renforcer les capacités de 35 jeunes activistes ivoiriens, des militants et défenseurs des droits de l’homme. La cérémonie d’ouverture de ce programme s’est tenue le lundi 04 novembre 2019 à Abidjan.

L’Observation Ivoirien des Droits de l’Homme dirige depuis cinq ans ce programme de formation des jeunes. Cette édition 2019 veut mener le combat contre la radicalisation jeune et l’extrémisme violent en Afrique.

En effet, après l’attentat de Grand-Bassam en novembre 2016, la menace terroriste est encore présente en Côte d’Ivoire. L'actualité sécuritaire des pays voisins (Burkina, Mali) est d’autant plus inquiétante avec les attentats qui ne cessent de se succéder dans la sous-région. De plus, le contexte des échéances électorales de 2020, suscite des débats politiques houleux qui laissent bien souvent un goût d'incitation à la violence.

La menace est réelle, et les jeunes sont malheureusement la cible des cellules de radicalisation qui se créées à un rythme galopant.  

Pour Mauriac Gnoka, coordonnateur du projet, un accent particulier sera mis sur la responsabilité des jeunes afin d’en faire des acteurs de changement. A la suite de son collègue, Léon Kouamé, représentant du Président de l’OIDH a réaffirmé l’engagement de l’organisation pour la stabilité de la vie publique et politique. "Cinq ans après la création de l’OIDH, nous pouvons affirmer que nous avons contribué à relever une partie des défis, mais beaucoup reste à faire, c’est ce qui justifie la tenue du CDH 2019" a-t-il exprimé.

Sophie Konaté, responsable de la Fondation Friedrich Naumann, a salué l’initiative de ce campus à l'orée des échéances électorales en Côte d'Ivoire.  "La fondation accompagne le campus pour permettre la pose d’une nouvelle pierre à l’édifice des droits de l’homme".

Le CDH s’étend du 03 au 08 novembre. Plusieurs communications ont été dispensées aux jeunes lors de cette première journée par Traoré Drissa, avocat et secrétaire général de la Fédération Ivoirienne des droits de l’Homme, et Wodjo Traoré, Conseiller technique au Ministère de la Sécurité.

 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Le gouvernement ivoirien s’est engagé à maintenir au vert les 20 indicateurs de performance du Millenium Challenge Corporation (MCC)

Interception à Dakar de 30 migrants sénégalais et gambiens en route pour l'Espagne

Identification : lancement du Registre national de personnes physiques

Le gouvernement exprime sa compassion aux victimes des actes de violence des élèves pour des congés anticipés

Un pasteur condamné à six mois de prison ferme à Bouna pour la destruction d’objets sacrés