Des experts réunis à Abidjan pour l’harmonisation du Baccalauréat dans l’espace Uemoa
0
 

Écouter
Des experts réunis à Abidjan pour l’harmonisation du Baccalauréat dans l’espace Uemoa

Des experts réunis à Abidjan pour l’harmonisation du Baccalauréat dans l’espace Uemoa

Ange Yao (Stagiaire) / RTIinfo | Lu 15315 fois | Publié

Depuis le lundi 03 février 2020 se tient à Abidjan un atelier national de renforcement de capacités des acteurs impliqués dans l’harmonisation du Baccalauréat dans les Etats membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (Uemoa). Cette réunion est l’occasion pour les acteurs du système éducatif d’échanger sur l’état d’avancement du processus d’expérimentation de cette réforme en Côte d’Ivoire et de former les enseignants sur la pédagogie des disciplines retenues dans ce nouveau système.

Au regard des insuffisances liées au Baccalauréat dans la sous-région et du cout élevé de son organisation, l’Uemoa a initié depuis 2004, un projet d’harmonisation de cet examen scolaire pour le revaloriser selon Dosso Nimaga Mariam, directrice des examens et concours du Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. Pour elle, la tenue de cet atelier est une aubaine pour atteindre cet objectif.

« La finalité est d’aboutir à la tenue d’un Baccalauréat unique dans la sous-région de l’Uemoa (…) pour faire du Baccalauréat unique une référence académique acceptée par tous dans nos pays. L’introduction de cette innovation doit être préparée de manière méthodique et élargie » a souligné Dosso Nimaga Mariam.

Elle a donc appelé les participants de cette rencontre à s’approprier cet « outil académique » et à mettre tout en œuvre pour expérimenter ce nouveau système en Côte d’Ivoire.

Pour Gustave Diasso, représentant résident de l’Uemoa en Côte d’Ivoire, l’institution sous régionale s’est engagée dans le chantier de la modernisation du Baccalauréat en vue d’assurer la crédibilité de cet examen ouvrant la porte à l’enseignement supérieur et de faciliter la mobilité des jeunes bacheliers dans l’espace communautaire.

« Cette réforme est la bienvenue car elle fera du baccalauréat, un examen répondant aux standards internationaux » a-t-il réitéré avant d’exhorter aussi les encadreurs pédagogiques et enseignants à être des relais auprès de leurs confrères afin qu’ils s’accommodent de ce projet destiné à renforcer l’intégration régionale sur le plan académique.

Il convient de noter que 4 disciplines ont été retenues au départ pour ce projet pilote. Il s’agit du français, mathématiques, de l’histoire-géographie et des sciences de la vie et de la terre. La dernière réunion tenue à Ouagadougou sur l’harmonisation du Baccalauréat en 2019 a permis d’enregistrer 3 nouvelles matières que sont l’anglais, la philosophie et la physique-chimie.

L’atelier de formation qui compte une soixantaine de participants s’achève le vendredi 07 février 2020.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

COVID-19: Le secrétaire d’Etat Siaka Ouattara offre des kits sanitaires à la population du Gontougo

Le Conseil régional de la Mé initie une caravane de sensibilisation contre le coronavirus

Le préfet de Nassian menace de fermer le marché si les mesures de prévention contre le coronavirus n’y sont pas respectées.

Covid 19 : les présidents de jeunes de Tanda appelés à s’éloigner des folles rumeurs

Le préfet de Korhogo appelle la population à signaler les cas suspects de coronavirus