Trente ans après la découverte du sida, les chercheurs parlent d'éradication
0
 

Écouter
Trente ans après la découverte du sida, les chercheurs parlent d'éradication

Trente ans après la découverte du sida, les chercheurs parlent d'éradication

AFP | Lu 1015 fois | Publié

Trente ans après l'identification du VIH par une équipe de l'Institut français Pasteur, les grands noms de la recherche sur le sida, réunis depuis mardi à Paris pour un colloque international, abordent désormais ouvertement la question d'une éradication future de la maladie.

L'objet de ce symposium, coorganisé par l'Institut Pasteur, n'est pas de retracer l'histoire de la découverte du virus par l'équipe dirigée par Luc Montagnier, mais de détailler les défis en cours et à venir: vaccins, traitements précoces, compréhension des cas de rémission au long cours... "Nous sommes peut-être un peu fous mais nous espérons avoir un vaccin préventif d'ici trois, quatre, cinq, six ou sept ans", indique à l'AFP, l'Américain Robert Gallo, le chercheur en virologie qui avait confirmé en 1984 la découverte du Pr Montagnier. "Nous avons fait d'énormes progrès sur les anticorps qui attaquent les protéines de l'enveloppe extérieure du virus (...). Nous avons fait tellement de progrès dans ce domaine que cela donne de l'espoir", explique-t-il. Pourtant, les recherches pour la mise au point d'un vaccin se sont révélées jusqu'à présent plutôt décevantes. "Nous nous sommes heurtés, et continuons à nous heurter, à de nombreuses difficultés scientifiques mais, historiquement, l'obstination et l'innovation scientifique payent" assure l'éminent virologue américain Anthony Fauci. "Nous continuons à faire des progrès dans la connaissance des anticorps capables de neutraliser le VIH et sur leur potentiel pour le développement de vaccin", souligne le dr Fauci qui dirige l'Institut national américain des maladies infectieuses, en pointe dans la lutte contre le sida. Codécouvreur du VIH en 1983, la virologue française Françoise Barré-Sinoussi de l'Institut Pasteur reconnaît "beaucoup d'échecs" sur les vaccins mais qui permettent d'apprendre. "Lanterne" Un autre "axe" de recherche s'articule autour des cas rares de "rémissions persistantes à l'arrêt du traitement", indique-t-elle, en référence aux cas de 14 patients décrits dans l'étude française Visconti qui plus de sept ans après l'arrêt de tout traitement antirétroviral parviennent à "contrôler leur infection". Jean-François Delfraissy, directeur de l'Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS, France) juge pour sa part que "le moment charnière pour l'éradication" du virus du sida "c'est maintenant". "Les grandes agences de recherche (...) sont dessus et on a des premières pistes, en particulier en France" avec les cas "un peu exceptionnels" de ces patient "traités très tôt" après l'infection et aujourd'hui capables de se passer de traitement, a-t-il commenté sur France Info. "On est dans une sorte de rémission de la maladie virale comme on parle de rémission du cancer. C'est une lanterne qui nous éclaire pour savoir où aller en terme de recherche", a-t-il expliqué. Le colloque "30 ans de science du VIH, imagine le futur" qui se tient à l'Institut Pasteur à Paris, va consacrer une session aux différentes pistes de recherche pour "contrôler et traiter le VIH" alors que jusqu'à maintenant les traitements à base d'antirétroviraux permettent de faire baisser la charge virale jusqu'à rendre le virus quasi indétectable mais pas de s'en débarrasser. Il existe un autre pan de la recherche --tout aussi prometteur et sans doute plus immédiat-- pour simplifier, alléger les traitements et réduire les effets secondaires, avec notamment des molécules à actions longues avec lesquelles une seule prise par semaine serait suffisant pour suivre le traitement. Enfin plusieurs études sont en cours sur des classes de médicaments entièrement différents des antirétroviraux "qui se rapprochent des anti-cancéreux" et qui s'attaquent aux réservoirs à virus, dit à l'AFP M. Delfraissy.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Une organisation non gouvernementale (ONG) fait don d'une faucheuse et d'un tracteur muni d’attelages aux riziculteurs de Tafiré

Une maternité et de l’électricité pour le village de Gopoupleu dans le département de Danané

Mise en place de comités villageois de protection des forêts à Danané

Sortie de la 1ère promotion d’une école primaire islamique pour jeunes filles à Tafiré

La direction départementale de la Jeunesse de Vavoua et l’Agence emploi-jeunes lancent une opération d’enrôlement des jeunes et de leurs projets