Un élément d’un gang armé abattu par la gendarmerie de Bouaké
0
 

Écouter
Un élément d’un gang armé abattu par la gendarmerie de Bouaké

Un élément d’un gang armé abattu par la gendarmerie de Bouaké

AIP | Lu 1316 fois | Publié

Les éléments de l’escadron mobile de la gendarmerie ont abattu, dans la nuit de samedi, un élément d’un gang armé, à Kpangbanbo, une localité située dans la zone de l’aéroport de Bouaké, suite un échange de coups de feu, a appris l’AIP de source proche de l’état-major.

Les éléments de l’escadron mobile, en patrouille dans la zone, ont riposté aux coups de feu des bandits qu’ils avaient croisés, entre 18 H et 19 H, empruntant des pistes pour rejoindre la grande ville, au moment où ils partaient vérifier une alerte faisant état de leur présence dans cette localité, a révélé la source. Selon elle, suite aux échanges de tirs, les malfrats ont battu en brèche, laissant sur le lieu de l’affrontement, en plus du corps de leur camarade, des traces de sang, un pistolet mitrailleur avec un chargeur garni de munitions de guerre et des contacts anonymes sur des bouts de papiers qui seront certainement exploités par la gendarmerie. L’on signale la présence régulière des bandits de grand chemin appelés communément «coupeurs de route» dans le secteur de Kpangbanbo qui semble être leur cachette à partir de laquelle ils vont opérer dans les localités telles que Diabo et Botro. La gendarmerie qui organise des patrouilles régulières dans ces zones, appelle les populations à la vigilance et leur demande de collaborer en dénonçant toute présence suspecte, le plus tôt possible, compte tenu de la mobilité des bandits.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Roger Stone, fidèle de Trump, reconnu coupable de mensonge au Congrès

RDC : Le Président Tshisekedi prévoit une éradication du virus Ebola d’ici à la fin de l’année.

Amnesty International plaide pour la réhabilitation de la prison de Katiola

Lancement officiel de planting d'arbres ce vendredi sur le territoire national

Le Gouvernement guinéen rejette un rapport d’Amnesty international