UNFPA : 7,3 millions de mères adolescentes, 2 millions ont 14 ans ou moins.
0
 

Écouter
UNFPA :   7,3 millions de mères adolescentes, 2 millions ont 14 ans ou moins.

UNFPA : 7,3 millions de mères adolescentes, 2 millions ont 14 ans ou moins.

Lacinan Ouattara | Lu 1304 fois | Publié

La grossesse chez l’adolescente est un problème mondial, en particulier dans les pays en développement où, chaque année, 7,3 millions de filles de moins de 18 ans mettent un enfant au monde. C’est ce que note le rapport sur l’État de la population mondiale 2013, rendu public aujourd’hui par l’UNFPA, le Fonds des Nations Unies pour la population. Sur ces 7,3 millions de mères adolescentes, 2 millions ont 14 ans ou moins, et ce sont elles qui, comme le note le rapport de cette année qui a pour thème « La mère-enfant : face aux défis de la grossesse chez l’adolescente », subissent les conséquences les plus graves et dans le long terme, pour leur santé et sur le plan social.

Le rapport rendu publique ce 30 octobre 2013 accorde une attention particulière aux filles de 14 ans et moins qui sont exposés à deux fois plus de risques de décès maternel et de fistule obstétricale que les femmes plus âgées. « Trop souvent, note le Dr Babatunde Osotimehin, Directeur exécutif de l’UNFPA, la société rejette tout le blâme de la grossesse sur l’adolescente, alors que la réalité, dans la plupart des cas, est que cette grossesse n’est pas le résultat d’un choix délibéré mais au contraire d’une absence de choix et de circonstances indépendantes de sa volonté. C’est une conséquence d’un manque ou d’une absence totale d’accès à l’éducation, à l’emploi et aux informations et aux soins de santé de qualité. » Comme le signale le rapport, la grossesse précoce a des effets négatifs sur la santé, l’éducation et les droits des filles. Elle empêche celles-ci de réaliser leur plein potentiel et a des conséquences néfastes également pour l’enfant. Si le rapport conclut que le problème de la grossesse chez l’adolescente est bien plus grave dans le monde en développement que dans les pays développés, il constate que ce problème est aussi d’une ampleur considérable dans ces derniers. Aux États-Unis, par exemple, environ la moitié seulement des adolescentes qui tombent enceintes terminent leurs études secondaires avant l’âge de 22 ans, contre 90 % des adolescentes qui ne tombent pas enceintes; et ce problème a également des effets négatifs sur l’économie, son coût pour les contribuables américains étant de près de 11 milliards de dollars par an. L’UNFPA plaide en faveur d’une approche globale des défis de la grossesse chez l’adolescente qui au lieu de porter sur la modification du comportement des filles vise à modifier les attitudes et les actions de la société dans laquelle elles vivent. Il est donc préconisé la scolarisation des filles, la fin des mariages d’enfants. Accroître l’accès des adolescents aux services de santé sexuelle et reproductive, y inclus à la contraception et des appuis améliorés aux mères adolescentes font partie des recommandations.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Roger Stone, fidèle de Trump, reconnu coupable de mensonge au Congrès

RDC : Le Président Tshisekedi prévoit une éradication du virus Ebola d’ici à la fin de l’année.

Amnesty International plaide pour la réhabilitation de la prison de Katiola

Lancement officiel de planting d'arbres ce vendredi sur le territoire national

Le Gouvernement guinéen rejette un rapport d’Amnesty international