La Côte d’Ivoire déterminée à éliminer le travail des enfants dans la cacaoculture
0
 

Écouter
La Côte d’Ivoire déterminée à éliminer le travail des enfants dans la cacaoculture

La Côte d’Ivoire déterminée à éliminer le travail des enfants dans la cacaoculture

Xinhua | Lu 1316 fois | Publié

La Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao, est déterminée à éliminer le travail des enfants dans la cacaoculture, a réitéré lundi à Abidjan la présidente du Comité national de surveillance des actions de lutte contre l'exploitation, la traite et le travail des enfants, Dominique Ouattara. Lors d'une réunion de la Fondation International Cocoa Initiative (ICI) sur "la lutte contre le travail des enfants dans la cacaoculture, une responsabilité partagée", la Première dame de Côte d'Ivoire, Dominique Ouattara, a réaffirmé la détermination de la Côte d'Ivoire à lutter contre ce phénomène tout en appelant à une "mutualisation" des efforts et à une "harmonisation" des stratégies de la lutte.

"La durabilité de la filière cacaoyère peut être réalisée que si toutes les parties prenantes de la chaîne de valeur, s'engage à faire de la lutte contre le travail des enfants un objectif prioritaire", a insisté Dominique Ouattara. La réunion d'Abidjan rassemble des industriels du chocolat et d' autres participants de la Côte d'Ivoire et du Ghana où, selon la Fondation ICI, entre 300 000 et un million d'enfants travaillent dans la cacaoculture. La Côte d'Ivoire s'est engagée dans un processus de certification de la production de son cacao avec la création en 2007 du comité de pilotage du Système de suivi du travail des enfants. En 2012, la Côte d'Ivoire a investi près de 7,2 millions de dollars dans des enquêtes sur la présence des enfants dans les plantations de cacao et dans la réalisation d'infrastructures ( écoles, cantines scolaires, logements d'enseignants) dans les zones de production en vue d'extraire les enfants des plantations. Les actions menées ont permis de réaliser des "progrès significatifs", selon Mme Ouattara qui annonce le reclassement de la Côte d'Ivoire de "la catégorie 2 sous surveillance à la catégorie 2" dans les rapports 2012 et 2013 du Département d'Etat américain sur la traite des personnes. Les Etats-Unis qui considèrent la Côte d'Ivoire comme un "pays d'origine, de transit et de destination pour les femmes et enfants soumis au travail forcé et à la traite" avaient menacé en 2002 de boycotter le cacao ivoirien. La Côte d'Ivoire, près de 20 millions d'habitants, est le premier producteur mondial de fèves de cacao avec une production moyenne annuelle de 1,4 millions de tonnes, soit 41 % de l'offre mondiale. L'économie cacaoyère fournit environ 40 % des recettes d'exportation et contribue pour 15 % à la formation du Produit intérieur brut (PIB) du pays. Au plan social, ce sont environ 700.000 chefs d'exploitation qui animent l'appareil de production. Créee en 2002, la Fondation International Cocoa Initiative (ICI) oeuvre pour des "normes de travail responsables" dans la cacaoculture. Elle s'est assignée pour mission de contrôler et de soutenir les actions visant à circonscrire les pires formes de travail des enfants et de travail forcé dans la cacaoculture.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Plusieurs personnes touchées par des tirs dans un lycée près de Los Angeles

Algérie: Human Rights Watch dénonce une "répression généralisée" des manifestations

Guinée équatoriale : Pénurie d'essence à Malabo depuis lundi

Fin des épidémies de dengue et de fièvre jaune survenues en Côte d'Ivoire entre mars et septembre 2019 (Institut national d’hygiène publique)

La ministre Raymonde Goudou envisage la création de l'Observatoire du service public (OSEP)