Côte d\'Ivoire: Lutte contre la pauvreté : Le Conseil économique et social veut faire sortir les Ivoiriens de la pauvreté
0
 

Écouter
Côte d\'Ivoire: Lutte contre la pauvreté : Le Conseil économique et social veut faire sortir les Ivoiriens de la pauvreté

Côte d\'Ivoire: Lutte contre la pauvreté : Le Conseil économique et social veut faire sortir les Ivoiriens de la pauvreté

Ivoire Presse | Lu 1226 fois | Publié

Comment sortir de la pauvreté ? Comment améliorer le bien-être des populations ? C`est à ces questions que le Conseil économique et social, présidé par Marcel Zadi Kessy, a répondu durant trois jours, à Assinie Mafia, du 13 au 15 avril 2012, au cours d`une séance de travail qui s`est articulée autour de la \"Vision du développement\". En sus, la présentation de l`expérience de Yacolidabouo (Soubré), \"Village Ecole Ouverte\", un modèle de réussite en Côte d`Ivoire. Joseph Niamké, président du Conseil général du département d`Adiéké, a salué l`initiative du président du Conseil économique et social qui a choisi Assinie-Mafia comme un des centres pilotes (cinq), après l`expérience réussie de Yacolidabouo, pour lancer le développement de proximité. Abondant dans le même sens, Albert Koffi Abolin, Préfet d`Adiaké, a indiqué que cette séance de travail, en présence du système des Nations Unies et qui s`articule autour de `` la Vision du développement du président du Conseil économique et social``, est en phase avec les objectifs du président Alassane Ouattara, qui veut faire de la Côte d`Ivoire, un pays émergent à l`horizon 2020. Mais pour cela, il faut une vision et une volonté. Et l`Homme, à travers le ménage ivoirien, doit être l`acteur principal du développement. Une Vision perçue par Marcel Zadi Kessy et expliquée par Jean Misme, son conseiller. Aussi, le ménage doit-il être éduqué et formé afin de changer sa mentalité pour lui inculquer le sens des responsabilités. Le développement doit alors être de proximité et participatif afin que les changements à entreprendre ne déstabilisent pas le ménage ivoirien, ni ne l`amènent à s`enfermer dans un front du refus. Et la première action de développement économique se traduit alors par une nouvelle source de revenus durable et optimisée. Une source de revenu que le ménage doit apprendre à gérer et en partie à épargner. La seconde action de ce développement est d`organiser les pouvoirs au plan local pour permettre de créer les meilleures conditions pour combattre la pauvreté. Cela passe par l`organisation de l`espace que de la vie des individus et des rapports entre eux. Ces deux actions, économique et sociale, ont pour but d`engendrer une harmonie de vie, indispensable à la réussite du développement. Avec un point d`honneur à l`importance des femmes dans la société africaine. Le ménage devient l`acteur du développement et la femme, l`un des principaux protagonistes. Cependant, ce développement devra tenir compte aussi bien des traditions qui structurent la société ivoirienne que des nécessaires progrès de la modernité que cette dernière doit s`approprier. Ainsi, le ménage ivoirien n`attendra plus d`instructions extérieures pour prendre des initiatives. Le ménage étant parvenu à se responsabiliser saura prendre son destin en mains et continuer le développement par lui-même et pour les siens. Bernadin Kouadio qui a exposé sur Yacolidabouo, \"Village Ecole Ouverte\", Emmanuel Tre sur le \"Budget familial\" ont démontré comment le développement centré sur le ménage dans cette localité a porté ses fruits. Et cela, pas par un développement par assistance mais en amenant le villageois à se prendre en charge. Le témoignage de Ika Sérébo, président des jeunes de Yacolidabouo, a permis de savoir que non seulement il n`y a pas de chômeurs dans ce village, mais les revenus mensuels oscillent entre 300 000 et 1000 000 Fcfa pour les villageois en fonction des activités pratiqués. Là-bas, c`est par la culture d`hévéas que prospèrent ces villageois. « Si on a les moyens d`assurer sa vie de chaque jour, on devient digne », a souligné pour sa part le président du Conseil économique et social. Précisant que l`expérience vécue doit être partagée. Selon Zadi Kessy, la solidarité doit guider tout dirigeant. « J`ai transposé cet esprit au Groupe Cie-Sodeci et aujourd`hui, ceux qui y travaillent sont heureux », a-t-il indiqué. Pour le président Zadi Kessy, transposer ce qui a été fait à Yavcolidabouo à Assinie, Assouindé et autres, permettra de contribuer à lutter contre la pauvreté en s`appuyant sur les ressources humaines et naturelles du pays. Il s`agit donc, par le biais de la cohésion sociale, la paix, la solidarité, la formation, l`entraide, de faire de la Côte d`Ivoire un grand village où règnera l`appartenance à une grande nation. Le Conseil économique et social, se voulant un vecteur de développement économique, un conseiller en économie pour les populations ivoiriennes. 
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Le maire de Vavoua s’engage à accompagner le club local de handball

Un Comité d’experts réfléchit sur le programme du Marché des arts du spectacle d’Abidjan (MASA) 2020

La construction du grand marché de Man divise les commerçants et la mairie

Adiaké abrite la célébration de la Journée mondiale de la lutte contre la tuberculose

Un vent violent fait plus de 100 ménages sans abri et 38 blessés à Sangouiné