Premier congrès de la société ivoirienne de Parasitologie et de Mycologie à Abidjan.
0
 

Écouter
Publicite
Premier congrès de la société ivoirienne de Parasitologie et de Mycologie à Abidjan.

Premier congrès de la société ivoirienne de Parasitologie et de Mycologie à Abidjan.

William Fian | Lu 4910 fois | Publié

La société ivoirienne de parasitologie et de mycologie (SIPAM) a décidé de fédérer les énergies des parasitologues et mycologistes de Côte d'Ivoire. Et après sa création en mars dernier, la SIPAM tient son premier congrès ces 4 et 5 décembre 2013 à l'UFR des Sciences pharmaceutiques et biologiques de l'Université Félix Houphouët Boigny.

A l'issue de la dernière conférence de la Société Ouest Africaine de Parasitologie en Décembre 2012 à Dakar, il a été recommandé la création de sections nationales de cette société savante. Recommandation appliquée à la lettre en Côte d'Ivoire à travers le présent congrès avec pour thème "Parasitoses émergentes et ré-émergentes: Actualités, Défis et Perspectives". Et du constat fait , il ressort que les parasites et les mycoses sont actives en Côte d'Ivoire, il y a même urgence. La Société Ivoirienne de Parasitologie et de Mycologie interpelle donc les spécialistes, notamment sur le cas des maladies négligées, causes d'une forte mortalité. Et réussir à fédérer tous les parasitologues de Côte d'Ivoire permettra une meilleure prise en charge de maladies parasitaires telles que le paludisme mais surtout leur prévention. "La Société Ivoirienne de parasitologie et de mycologie vise à créer une plateforme d'échanges entre experts et spécialistes du domaine. Nous pourrons avoir des connaissances et des études d'autres collègues pour améliorer nos recherches pour mener à bien notre mission" a confié le Professeur Hervé MENAN, président de la SIPAM. Face aux parasites et aux mycoses, tout le monde est concerné, d'où la présence de parasitologues et mycologistes de plusieurs pays africains et de France. Et c'est le signe d'une réaction collective pour une action plus efficace. "Les chercheurs ont très vite compris l'utilité de s'unir. C'est important de réfléchir ensemble mais il faut surtout que les politiques nous accompagnent dans cette lutte. Au bout du compte ce sont les populations qui en payent le prix" a déclaré le Professeur Achille MASSOUGBONDJI, parasitologue venu du Bénin. Au menu de ce premier congrès de la Société Ivoirienne de Parasitologie et de Mycologie, ce sont des conférences, des ateliers à thèmes et une exposition de produits pharmaceutiques. Le prochain grand rendez vous, des parasitologues et mycologistes à Abidjan c'est le prochain Congrès de la Société Ouest Africaine de Parasitologie en Décembre 2014.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

La Guinée devient le deuxième plus grand producteur de bauxite dans le monde

Lancement à Tanda du projet “Ressources pour l’élimination de la vulnérabilité des enfants”

Les cours perturbés dans les établissements secondaires à Dimbokro

Le Conseil régional de la Bagoué équipe 59 salles de classes en tables-bancs

La géo-information nécessaire à la gestion efficace des ressources en eau (CNTIG)

Publicite
Publicite