Tirs à Yopougon (Abidjan) : les autorités indiquent le démantèlement d'un fumoir.
0
 

Écouter
Publicite
Tirs à Yopougon (Abidjan) : les autorités indiquent le démantèlement d'un fumoir.

Tirs à Yopougon (Abidjan) : les autorités indiquent le démantèlement d'un fumoir.

Lacinan Ouattara | Lu 5031 fois | Publié

Grosse frayeur hier mercredi dans la commune de Yopougon à Abidjan, la capitale économique ivoirienne. Pendant près d'une heure, selon les témoins, des tirs ont été entendus non loin d'un commissariat de Police. Les populations se sont engouffrées dans leurs maisons. Selon les explications des autorités ivoiriennes, il s'agissait d'une descente de la Police dans un fumoir pour démanteler un réseau de dealers.

Dès les premiers tirs aux environs de 20 heures hier, les rumeurs ont fait état d’une attaque du 16e Arrondissement, un commissariat dans la commune de Yopougon. Mais, aussitôt, le Ministre auprès du Président chargé de la Défense, Paul Koffi Koffi, est intervenu chez nos confrères de RFI pour donner des explications. " C’est une simple opération de police visant à démanteler un fumoir. Les fumeurs étaient armés" , a-t-il expliqué. Ces derniers ont donc accueilli les policiers par des tirs nourris, tirs auxquels les forces de l’ordre ont répondu. Après donc une heure d’échanges de tirs le calme est revenu. Et le fumoir a été démantelé, selon Paul Koffi Koffi. Jusqu'à ce matin, aucune information n'a été donnée sur des quelconques blessés ou tués dans cette opération qui visait, selon les autorités à lutter contre le trafic de drogue.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

33 nouveaux cas de Covid-19 et 21 guéris déclarés ce jour en Côte d'Ivoire

Burkina: le président Kaboré déclare avoir reçu les félicitations du chef de l'opposition

L’OMS appelle les pays africains à intensifier leur préparation à la vaccination contre la COVID-19

Une action de salubrité de la police à l’hôpital général de Tanda

Décès du commandant de l’armée guinéenne en poste à la frontière de Gbéléban

Publicite
Publicite