Les taxis-compteurs menacent d’entrer en grève le 9 mai prochain
0
 

Écouter
Les taxis-compteurs menacent d’entrer en grève le 9 mai prochain

Les taxis-compteurs menacent d’entrer en grève le 9 mai prochain

AIP | Lu 2656 fois | Publié

Le Groupement des professionnels de taxis compteurs (GPTC) menace de paralyser le transport à Abidjan, à partir du 9 mai prochain, pour dénoncer une taxe qui serait instituée par la direction générale des Impôts (DGI). \"Nous sommes prêts à faire garer nos taxis compteurs. La taxe à nous imposée par la direction générale des Impôts (DGI) est mal venue, vu que notre milieu traverse des moments difficiles\", a déclaré le président par intérim du GPTC, Coulibaly Adama, lors d’une conférence de presse animée mardi, au siège de la structure, sis à Treichville. Entouré de ses plus proches collaborateurs, M. Coulibaly a déploré l’attitude de la DGI dans le traitement du dossier relatif à la nouvelle taxe qui s’élève à 20.500 FCFA. \"Nous avons accepté de prendre notre mal en patience toute une année durant. Mais, nous estimons que cela ne peut continuer. L’Etat doit respecter les transporteurs qui constituent un maillon essentiel de l’économie ivoirienne. Nous tenons, à cet effet, à le faire savoir si nos revendications ne sont pas satisfaites\", a menacé le président du GPTC qui dit agir de manière concertée avec tous les acteurs concernés. \"A partir du 9 mai prochain, toute la Côte d’Ivoire sera paralysée. Ce sera une grève illimitée et nous tenons au respect scrupuleux du mot d’ordre qui sera lancé incessamment\", a prévenu Coulibaly Adama, précisant que toutes les voies de négociations ont été épuisées. Selon le président par intérim du Groupement des professionnels de taxis compteurs, cette grève a un \"caractère purement corporatiste\". Il a invité l’Etat à avoir une oreille attentive aux préoccupations relevées. Ces préoccupation se résument, entre autres, à la concurrence déloyale des \"wôrô-wôrô\" banalisés qui ne payent aucune taxe à l’Etat. Aujourd’hui, révèle le conférencier, tout cela étouffe le secteur du taxi-compteur déjà fragilisé par la crise postélectorale et qui éprouve des difficultés à faire des recettes journalières. \"Nous suspendons, dès à présent, toute discussion avec la DGI qui ne nous paraît plus être un interlocuteur crédible et digne de foi\", a dit Coulibaly Adama, estimant que la grève aura des effets escomptés.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Venezuela : interdiction à tout bateau de quitter les ports du pays (militaires)

Venezuela: Guaido peaufine son plan pour faire entrer l'aide humanitaire

France : cinq procédures judiciaires autour de l'ex-collaborateur de Macron

Egypte: huit jihadistes présumés tués dans le Sinaï (armée)

La campagne 2019 de commercialisation de la noix de cajou lancée