RGPH à San Pedro : Des agents recenseurs en difficulté dans certaines localités
0
 

Écouter
Publicite
RGPH à San Pedro : Des agents recenseurs en difficulté dans certaines localités

RGPH à San Pedro : Des agents recenseurs en difficulté dans certaines localités

AIP | Lu 4966 fois | Publié

La phase active du Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH), démarrée à San Pedro le 03 avril, connaît des difficultés d’ordre organisationnel et des réticences des populations dans certaines localités où les agents recenseurs sont souvent éconduits ou menacés.

Les difficultés liées à la réticence des populations dans certaines localités du département et certains quartiers de la ville de San Pedro sont généralement un écho au mot d’ordre de boycott de l’opération lancé par le FPI (parti d’opposition), note-t-on. Des agents recenseurs ont confié lundi à leurs responsables que dans le village de Djouro, dans la sous-préfecture de Grand Béréby, ils auraient été chassés et menacés à la machette par certains habitants. Dans certaines localités, des chefs de village seraient des acteurs du refus du recensement. Mais la persévérance et la persuasion auraient aidé à faire fléchir quelques-uns, rapporte les agents. Au quartier Zimbabwe, d’autres agents ont du mal à y travailler face au refus systématique de certains chefs de famille de les laisser pénétrer chez eux, rapporte-t-on. Le directeur régional du Plan et du Développement de San Pedro, Sahin Alla Maurice, superviseur du RGPH pour le département de San Pedro, a confirmé ces difficultés que certains agents rencontrent sur le terrain. Il a signalé, au plan organisationnel, l’absence de moyens pour le fonctionnement du comité local chargé de l’information et de la sensibilisation des populations. Au niveau des agents recenseurs et chefs d’équipe déployés depuis le 03 avril, l’assistant comptable de l’opération, Gala Bi, a indiqué que mardi dernier chacun des 2369 agents recenseurs a reçu chacun 10 000 FCFA de frais de route, quand les 470 chefs d’équipes recevaient chacun 20 000 FCFA, pour les frais de transport. Mais, en raison de certains désistements d’agents recenseurs, il ne reste que 2100 agents opérationnels sur les 2369 au départ. Les autres, des étudiants, devant passer leurs examens, pour certains, sont partis après avoir reçu leur frais de transport, note-t-on. De fait, explique Gala Bi, pour l’avance de 20% du salaire qui accuse un léger retard, le paiement sera fait à compter de mardi prochain aux 2100 agents opérationnels et aux 470 chefs d’équipe. Chaque agent recenseur a un salaire de 100 000 FCFA, et le chef d’équipe 150 000 FCFA. Les autres difficultés que connaît l’opération concernent, selon le directeur régional Sahin, l’insuffisance de matériel devant servir de protection des agents et de l’outil de travail en cette période de pluie (imperméables, bottes, torches). Lundi, le préfet a convoqué une réunion du comité de veille, de sécurité et de sensibilisation, afin qu’il s’active pour la réussite de cette opération qui prend fin le 03 mai. Il a rassuré qu’il n’y a pas de blocage dans le processus mais des « difficultés à vite régler ».
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Une baisse de 54% de nouvelles infections au Sida enregistrée en Côte d’Ivoire entre 2011 et 2019 (ONU)

Début d’indemnisation de 49 ex-contractuels de la mairie de Tiassalé

Cinq cents producteurs de la région du Cavally formés sur le changement climatique

JNCE: Le gouvernement signe une convention avec une structure sur l’organisation de la 4ème édition

Le comité de veille et de suivi de la cohésion sociale de Sipilou installé

Publicite
Publicite