Litige CAF - Anoma : Le Tas se dit compétent pour juger l\'affaire.
0
 

Écouter
Litige CAF - Anoma : Le Tas se dit compétent pour juger l\'affaire.

Litige CAF - Anoma : Le Tas se dit compétent pour juger l\'affaire.

Ouattara Lacinan / o.lacinan@rti.ci | Lu 1141 fois | Publié

C’est une première victoire pour Jacques Anouma. L’ancien homme fort de la Fédération ivoirienne de football (FIF) a vu son recours déposé à l’encontre de la CAF, être validé par le Tribunal arbitral du sport (TAS)

Hier Mercredi, le Tribunal arbitral du sport (TAS) a accédé à sa requête. L’instance s’est jugée compétente pour trancher le litige qui oppose l’ancien dirigeant ivoirien à la CAF. Le juge international des affaires sportives va désormais prévoir la date du procès qui va opposer les deux parties. Mis sur la touche par le Comité exécutif de la CAF, qui a invalidé sa candidature à la présidence de l’instance le 11 décembre 2012, le membre de la FIFA a obtenu de l’organe de règlement des litiges sportifs que sa cause soit plaidée. Retour sur les faits. La CAF tient une Assemblée générale aux Seychelles au cours de laquelle un nouvel amendement, déposé dans la cohue par le président de la Fédération algérienne Mohamed Raouraoua, est voté à 44 voix contre 6. Ce texte stipule entre autres que "tout candidat aux élections à la présidence de la CAF, outre les compétences nécessaires, devra être ou avoir été membre du comité exécutif de la CAF." Un amendement contesté depuis par plusieurs fédérations, dont celle du Liberia, qui a été déboutée après avoir tenté de saisir le TAS.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Kenya: 8 policiers tués par une mine artisanale à la frontière avec la Somalie

RDC: la Cour constitutionnelle accepte de réexaminer l’invalidation de députés

Madagascar: Rajoelina obtient la majorité absolue des députés, selon la Céni

Bénin: deux morts et sept blessés à Savè, au cours d'une manifestation de l’opposition (Maire)

Algérie: des organisations de la société civile adoptent une déclaration commune