CAN-2013 - Le Togo et le souvenir de la fusillade de Cabinda
0
 

Écouter
CAN-2013 - Le Togo et le souvenir de la fusillade de Cabinda

CAN-2013 - Le Togo et le souvenir de la fusillade de Cabinda

AFP | Lu 1315 fois | Publié

Le souvenir de la fusillade de la délégation togolaise, dans l\'enclave angolaise de Cabinda, à l\'orée de la CAN-2010, demeure vivace dans l\'équipe du Togo, à la veille de son entrée en lice dans la CAN-2013 mardi contre la Côte d\'Ivoire (GrD).

La fusillade menée par un groupe indépendantiste cabindais avait fait deux morts parmi la délégation togolaise, l'entraîneur des gardiens Abalo Amelete et le chargé de communication, Stanislas Ocloo. Un joueur avait été gravement blessé, le gardien Kodjovi Obilalé, handicapé à vie depuis cet attentat. Le Togo avait échoué à se qualifier pour la CAN suivante, début 2012 en Guinée équatoriale et au Gabon, et sa présence parmi les seize meilleures équipes du continent dans le tournoi 2013 en Afrique du Sud signe une certaine renaissance sportive. "Automatiquement il y avait un traumatisme dans cette équipe et c'est tout à fait logique, a expliqué lundi le sélectionneur, Didier Six. Certains joueurs n'ont plus voulu jouer, d'autres ont arrêté. Le vice-capitaine Serge Akakpo a pris deux balles". "Quand j'ai pris l'équipe il y a quinze-seize mois, le moindre grain de sable dans cette équipe foutait en l'air l'organisation et les gars baissaient la tête", a-t-il poursuivi. "Je me souviens, en juillet nous avons fait un match nul, et nous sommes +montés+ à dix minutes de la fin sur un penalty, le coach dit toujours +imaginaire+ mais là il était imaginaire. J'ai dit aux joueurs après: +Les gars, il faut changer un truc: vous êtes tous revenus sur le terrain en baissant la tête+". "Et petit à petit ils se sont aperçus qu'ils avaient des qualités, qu'ils pouvaient rivaliser avec les plus grands, et aujourd'hui on est chez les plus grands", a-t-il conclu. Akakpo, défenseur de 25 ans présent à la conférence de presse de lundi, a fait part de l'évolution de l'équipe depuis le drame de Cabinda. "Ce qui s'est passé il y a trois ans nous a plutôt ralentis et attistés, mais depuis trois ans on a avancé. Cette qualification pour la CAN-2013 a montré qu'on était allé de l'avant et qu'on était passé à autre chose". "On a vécu des choses fortes, notamment en 2010 et ça va être une source de motivation pour montrer à toute l'Afrique qu'on n'est pas là pour faire de la figuration", a dit pour sa part l'attaquant Floyd Ayité, âgé de 24 ans.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Washington et Séoul reportent leurs manoeuvres aériennes en "signe de bonne volonté" (Esper)

Burkina: 32 "terroristes neutralisés" lors de deux opérations (communiqué armée)

Nette amélioration dans la conservation des ressources naturelles des parcs nationaux d’Azagny et îles éhotilé (OIPR)

Afrique du Sud: 180 demandeurs d'asile détenus pour être entrés de force dans les bureaux du Haut Commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR)

Nigeria: élections de gouverneurs sous tension dans deux Etats, trois tués