CAN-2013/Mali - Carteron: "Participer à ce qui se passe de positif au pays"
0
 

Écouter
CAN-2013/Mali - Carteron:

CAN-2013/Mali - Carteron: "Participer à ce qui se passe de positif au pays"

AFP | Lu 1187 fois | Publié

Le sélectionneur du Mali Patrice Carteron a expliqué vendredi que ses joueurs souhaitaient \"participer à ce qui se passe de positif au pays\", après la libération de Tombouctou par l\'armée française, en offrant une belle prestation à leur peuple, samedi contre l\'Afrique du Sud en quart de finale de la CAN-2013.

Etes-vous prêt pour ce match, le plus important de votre jeune carrière d'entraîneur? "On s'est préparé pour que ce match soit une vraie fête. On est très heureux d'être sorti du groupe. La qualification était notre objectif. Jouer le pays organisateur dans un stade à guichets fermés, c'est quelque chose de fabuleux. C'est une véritable joie et un grand honneur, mais j'ai vu que sur les 8 qualifiés, il y avait 7 nouveaux entraîneurs, donc je ne suis pas le seul novice. On est passionné par le football pour ces moments-là. Je suis certain que ça va être une soirée exceptionnelle et une motivation supplémentaire pour les joueurs." Le conflit au Mali est-il une source de motivation pour l'équipe? "On a tous été très touché de savoir qu'après le match contre la RD Congo (1-1 et synonyme de qualification pour les quarts de finale, ndlr), pour la première fois depuis un an, les gens avaient pu regarder la télé à Tombouctou. Et ce qu'ils avaient regardé, c'était l'équipe nationale et sa qualification. Il y a eu des scènes de joie à cause de la libération de la ville et de la qualification des Aigles. Les nouvelles sont très bonnes et les joueurs sont libérés de ce côté là. Ils ont envie de participer à ce qui se passe de positif dans leur pays." En tant que Français, et au vu de l'intervention de l'armée française pour libérer le pays, quel effet cela fait pour vous d'être le sélectionneur du Mali? "Cela a été pour moi un choix très fort d'accepter ce poste. Le pays était très mal à ce moment-là et beaucoup de gens m'ont déconseillé d'y aller. Mais j'ai accepté et j'ai décidé par fraternité d'aller vivre à Bamako dans un pays en guerre, ce qui était pour beaucoup de la folie. Je voulais montrer aux Maliens qu'ils pouvaient compter sur leurs amis français." Comment allez-vous aborder ce match dans un stade plein et devant un public acquis à la cause de l'adversaire? "Pour les deux équipes, l'approche sera différente. On aborde des matches à élimination directe. Il n'y a plus de calcul à faire et les deux équipes auront à coeur de se donner à 100%." Quel sera l'impact de la suspension de votre gardien Mamadou Samassa? "C'est l'occasion pour Soumaïla Diakité, qui avait été exceptionnel lors de la séance de tirs au but contre le Gabon en quart de finale l'année dernière, de montrer qu'on peut compter sur lui." Quel est votre objectif à ce stade de l'épreuve? "Malgré les différences de niveau, j'ai entendu toutes les équipe dire qu'elles voulaient gagner le tournoi. Après la 3e place de l'année dernière, j'avais dit que l'objectif était d'aller le plus loin possible mais sortir de ce groupe était important vu le contexte au pays. Les joueurs avaient à cœur d'offrir du bonheur au peuple malien et ça nous a faits déjouer. Mais je suis sûr que cette qualification va désormais les libérer."
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Kenya: sept écoliers tués dans l'effondrement de salles de classe à Nairobi

France : cinq femmes jihadistes jugées après un attentat raté à Notre-Dame

Israël va réduire l'électricité dans certaines zones de Cisjordanie occupée (compagnie)

Lia Gnan Ferdinand a été élu nouveau secrétaire national de la Jeunesse du Front populaire ivoirien (JFPI).

La Côte d’Ivoire, pays d’honneur du Salon de l’économie sociale et solidaire du 26 septembre au 02 octobre à Dakar