CAN-2013 - Le Mali, loin des yeux, près du coeur
0
 

Écouter
CAN-2013 - Le Mali, loin des yeux, près du coeur

CAN-2013 - Le Mali, loin des yeux, près du coeur

AFP | Lu 1344 fois | Publié

Débutées une semaine avant l\'entrée en lice du Mali à la CAN-2013, l\'intervention de l\'armée française pour libérer le nord et la guerre contre les groupes islamistes ont encore un peu plus soudé les Aigles, l\'esprit entièrement tourné vers leur pays.

Le conflit malien a jusqu'ici servi de catalyseur aux troupes de Patrice Carteron, galvanisés et animés par la ferme volonté d'apporter un peu de bonheur à leur peuple en souffrance. Nul doute que c'est notamment là qu'ils ont trouvé les ressorts mentaux pour se hisser en demi-finales de la Coupe d'Afrique, où ils affronteront mercredi le Nigeria, après avoir terrassé l'Afrique du Sud devant son public en quart de finale (1-1, 3 t.a.b. à 1). Les yeux rivés vers les chaînes d'infos en continu ou pendus au téléphone pour avoir des nouvelles de leurs familles, les joueurs maliens ont d'abord suivi avec inquiétude les exactions commises par les islamistes au nord. "Ce n'est pas évident, notre pays traverse une situation compliquée, expliquait au début de la compétition le milieu Mohamed Sissoko. On essaye de faire abstraction mais on est vraiment inquiet et triste pour les gens. Ma famille s'inquiète, elle s'attend à tout. Ça me fait peur, ce sont des situations qui existaient déjà en Afrique et maintenant, ça arrive dans mon pays." "Se qui se passe au nord est inadmissible, ajoutait le joueur, prêté par le Paris SG à la Fiorentina et musulman comme tous les autres joueurs maliens. Dans l'islam, il n'y aucune loi qui dit qu'il faut massacrer les gens innocents. Remporter la Coupe d'Afrique pour le peuple malien, qui nous soutient énormément, ce serait un rêve." "On veut juste amener de la joie" La reconquête du Mali et la progression de l'armée française vers le nord ont toutefois libéré les joueurs, soucieux d'apporter leur part à la renaissance de leur nation. Avec à la clé, une place dans le dernier carré pour la deuxième année d'affilée. "Cela reflète ce qui se passe au Mali avec la libération de Gao et de Tombouctou, a déclaré le défenseur Fousseyni Diawara. Ces évènements ont donné beaucoup d'espoirs aux gens et on leur a donné un peu plus avec cette qualification. Ils font la fête là-bas et ils sont fiers de nous. On espère continuer comme ça jusqu'au bout." L'image la plus marquante restera celle du capitaine et guide de la sélection Seydou Keita, le drapeau malien sur ses épaules après le succès contre les Bafana Bafana. L'ancien milieu du FC Barcelone avait déjà eu un geste hautement symbolique en arborant en conférence de presse un tee-shirt portant l'inscription "La paix au Mali, un peuple, un but, une foi" après la première victoire des Aigles dans cette CAN face au Niger (1-0) au premier tour. C'est encore Keita qui a été à l'origine de la diminution des primes de qualification et de participation à la Coupe d'Afrique au nom de l'"effort de guerre". Mardi, à la veille de la demi-finale contre le Nigeria, le joueur du Dalian Aerbin (Chine) a répété le message martelé depuis le début de la CAN. "On a la chance que le pays sorte la tête de l'eau et que la situation soit en train d'être réglée, a-t-il affirmé. On veut juste amener de la joie. Après notre qualification pour les demi-finales, les gens étaient fous à Bamako. C'est une motivation, ça donne envie de se surpasser et on se dit que si on gagne, ce ne sera pas seulement une simple victoire mais une joie immense pour un pays qui traverse un moment difficile. On a d'autres idées derrière la tête et une pensée pour notre pays."
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Interception à Dakar de 30 migrants sénégalais et gambiens en route pour l'Espagne

Identification : lancement du Registre national de personnes physiques

Le gouvernement exprime sa compassion aux victimes des actes de violence des élèves pour des congés anticipés

Un pasteur condamné à six mois de prison ferme à Bouna pour la destruction d’objets sacrés

Le fonds saoudien va financer la construction du CHU à Abobo (Ministre)