Le propriétaire de réseaux sociaux russes réclame la dépénalisation des "likes"
0
 

Écouter
Le propriétaire de réseaux sociaux russes réclame la dépénalisation des

Le propriétaire de réseaux sociaux russes réclame la dépénalisation des "likes"

AFP | Lu 3343 fois | Publié

Le groupe internet russe Mail.Ru, propriétaire de deux réseaux sociaux parmi les plus populaires en Russie, s'est inquiété lundi des condamnations judiciaires d'internautes ayant "aimé" ou partagé des contenus jugés extrémistes par les autorités, réclamant que la loi soit assouplie.

"Nous observons que, dans plusieurs régions de notre pays, lancer des poursuites judiciaires pour des +likes+ et des +partages+ sur les réseaux sociaux devient une pratique populaire", a déclaré le groupe dans un communiqué.

Pour le groupe Mail.Ru, propriétaire des réseaux sociaux VKontakte (VK, plus populaire que Facebook en Russie) et Odnoklassniki (OK), "les actions des forces de l'ordre ne correspondent, souvent, clairement pas à la menace potentielle".

"Nous sommes convaincus que la loi et son application doivent être changées. Nous considérons nécessaire d'amnistier les personnes condamnées injustement", a ajouté le groupe, appelant à "décriminaliser ce genre d'affaires", traitées avec "une sévérité sans fondement".

Au nom de la lutte contre l'extrémisme et le terrorisme, la pression n'a cessé de monter sur l'internet russe lors du précédent mandat de Vladimir Poutine, une manière selon des analystes de maîtriser le débat politique et de faire taire les voix trop critiques.

Selon l'ONG de défense des droits de l'Homme Agora, 43 personnes ont été condamnées en 2017 à des peines de prison en Russie pour des contenus postés sur internet, et une moyenne de 244 pages ont été bloquées chaque jour.

Les médias russes ont rapporté des cas de condamnations pour un simple partage de contenu sur les réseaux sociaux, comme le cas de Maria Motouznaïa, 23 ans, dont le procès s'est ouvert lundi à Barnaoul, en Sibérie.

Accusée d'incitation à la haine et d'avoir porté atteinte aux sentiments religieux des croyants, la jeune Russe risque six ans de prison pour avoir partagé sur VKontakte plusieurs images humoristiques. L'une d'elles montrait des personnes portant des icônes orthodoxes sur un chemin boueux, avec pour légende: "Il y a deux fléaux en Russie", le début d'un proverbe russe qui fait référence aux "idiots" et aux "routes".

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Une ONG sensibilise sur la sécurité routière et la gestion des ouvrages d’assainissement

Le préfet de Gbéléban met en garde contre l’absentéisme des conseillers municipaux

Don de matériel au Lycèe de Zouan-Hounien pour la promotion de l’excellence

Des hommes d’affaires italiens veulent impulser le développent à Guiglo

Régionales 2018 : Sérey Doh Célestin vainqueur dans le Guémon et Zakpa Komenan dans le Lôh-Djiboua (CEI).