Sport / Nguessan Clément (DTN) : " Ce n'est pas la faute de la FIF "
0
 

Écouter

Nguessan Clément (DTN) : " Ce n'est pas la faute de la FIF "

FIF | Lu 1341 fois | Publié

Le Directeur Technique Nationale de Côte d’Ivoire, M. Nguessan Clément, explique après la réaction du Médecin de l’équipe, les conditions de la préparation de la sélection ivoirienne qui a été soumise, de tout temps, au test d’Imagerie par Résonnance Magnétique. Pour le DTN, le retrait des trois joueurs par la Commission Médicale de la CAF n’est pas la faute de la Fédération Ivoirienne de Football.

Quel est votre avis sur l’affaire d’Imagerie par résonnance Magnétique (IRM) qui a recalée trois joueurs de la sélection ivoirienne comme celle du Nigeria et du Congo ? Je suis heureux que la CAF prenne le pari de l’histoire en s’appuyant les IRM. Il y a très longtemps en Afrique, l’on a composé avec des équipes de jeunes qui n’étaient pas à la réalité des équipes de jeunes. Pendant qu’on pensait que nos jeunes joueurs africains allaient dominer le monde, ils étaient rattrapés par leur âge dans les compétitions. Aujourd’hui, la FIFA et la CAF mettent l’accent sur l’IRM pour participer aux compétitions de jeunes. C’est une bonne initiative. Concernant l’équipe de Côte d’Ivoire qui dispute la CAN au Maroc, elle est constituée depuis 2011 pour la préparation du tournoi de Montaigu dans la catégorie des moins de 15 ans. Pour constituer cette équipe des moins de 15 ans, nous avons sillonné toute la Côte d’Ivoire pour recruter environ 260 jeunes gens que nous avons mis à la disposition du sélectionneur Kamara Ibrahim, qui en a fait un tri au Centre Technique National de Bingerville. Déjà, en prévision du tournoi de Montaigu et de la CAN, nous avions fait prévaloir le test IRM pour tous les postulants à la sélection. Ce test était piloté par la Commission Médicale dirigée par le Professeur Dah Cyrille. A chaque fois qu’il y avait défaillance et qu’il fallait remplacer, on procédait à la base par le test IRM jusqu’à la dernière sélection qui est allée préparer la CAN des cadets à Tunis. Concernant ces trois joueurs recalés, on peut dire que les appareils utilisés par la CAF au Maroc sont des appareils de dernière génération. Sinon, la Côte d’Ivoire a pris toutes les dispositions pour être dans le tempo de la CAF et de la FIFA. A la Direction Technique Nationale, je réuni les responsables de structures de formation pour leur projeter ma vision de la formation, axée sur la jeunesse. Le football est devenu tellement économique que tous les parents de joueurs veulent avoir un moyen de subsistance en diminuant l’âge de leurs enfants pour leurs donner plus d’espoir. Malheureusement, les parents ne sont pas informés qu’aujourd’hui tout a évolué. Le règlement FIFA ne permet plus à un enfant de moins de 18 ans de voyager dans un espace FIFA. Diminué l’âge aujourd’hui ne sert à rien. Cette affaire des trois joueurs recalés met en difficulté le sélectionneur Kamara Ibrahim. Nous allons lui apporter le concours nécessaire. Sur 21 joueurs au départ, il nous reste 18 joueurs dont trois gardiens. Notre équipe doit gérer toute la compétition avec 15 joueurs de champ. Ce qui est arrivé, n’est ni la faute de l’entraîneur ni celle de la Fédération. Parce que nous avons pris toutes les dispositions nécessaires. Je ne peux pas en ce moment vous produire les chiffres. Mais ce que je sais, c’est que le test IRM a coûté très cher à la Fédération qui est résolument engagée dans la politique de formation de jeunes. En tant que Directeur Technique National de Côte d’Ivoire, quelle analyse faites-vous de la rencontre Congo-Côte d’Ivoire qui s’est soldée par un score nul (1-1) ? Je pense honnêtement que notre équipe a fait une bonne prestation. Mais elle s’est laissée surprendre dans le jeu par les Congolais. Notre équipe n’est pas bien rentrée dans la compétition. Elle a pris très tôt un but. Après, il fallait courir pour égaliser. Heureusement, les joueurs ont eu de la réaction. Je pense que les Ivoiriens pouvaient gagner ce match. Comment voyez-vous la rencontre face au Nigeria, vainqueur du Ghana par 6 buts à 1 ? Après avoir vu le match Nigeria-Ghana, mon instinct d’entraîneur m’a fait dire que la Côte d’Ivoire va se qualifier. Si nos joueurs se sont laissé surprendre par le Congo, je pense que ce ne sera pas pareil avec le Nigeria. Le match Nigeria-Ghana était un match très déséquilibré du point de vue de la philosophie de la formation. Le Ghana est venu avec une équipe trop jeune, une équipe d’avenir qui est venue apprendre. Elle a été naïve et a laissé tout le boulevard à l’équipe nigériane. Ce n’était pas vraiment un match serré. Au plan du jeu, j’ai vu l’équipe du Nigeria. Je pense que nos joueurs ont les atouts pour battre cette équipe. Le football ayant ses réalités, on ne sait jamais avec le Ghana qui m’a personnellement plu parce que l’équipe reflète ma philosophie de la formation.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également