Sport / Ligue des champions européenne: Galatasaray glace la Juve !
0
 

Écouter

Ligue des champions européenne: Galatasaray glace la Juve !

SoFoot.com | Lu 1136 fois | Publié

Galatasaray avait promis l’enfer à la Juventus. Il y a rajouté la neige, les grêlons et une pelouse digne d'un match de DH picard en pleine période de dégel.

Sur le banc, Antonio Conte, bonnet vissé sur le crâne, le sait : ce match de qualification en Turquie, il pue le piège depuis le début. Et encore plus depuis que l’arbitre a interrompu la rencontre hier soir en raison de la tempête soudaine qui s’est abbatue sur Istanbul et que les officiels ont décidé de la repousser le lendemain, en plein début d'aprem. Règlement (pourri) oblige et tirage au sort programmé dès lundi prochain, les 22 acteurs ont été convoqués à 14h pour disputer les 60 minutes restantes dans des conditions presque similaires. Une hérésie qui n’a laissé que peu de places au spectacle. Mais ça, c'était avant que ce diable de Sneijder ne sorte de sa boite ! 30+15 = 0 Le néant. Ou presque. Entre deux averses de glaces, la première demi-heure est d’un ennui glacial. Regroupée dans son camp, la Juve n’éprouve guère de difficulté à contenir les assauts de turcs pour qui la victoire est pourtant impérative. Le mélange entre génies (Drogba, Sneijder) et anciens pensionnaires de Ligue 1 (Chedjou, Riera), peine à déstabiliser le trio musclé Vidal – Marchisio – Pogba. Bien aidée par un cuir qui roule ou s’écrase au gré des flaques, la Vieille Dame s’offre même la première et seule occasion du premier acte (celui d’hier soir, bien entendu). Au quart d’heure, Vidal adresse un nacho à Llorente au point de penalty. L’Espagnol contrôle et décoche un pointu qui rase le poteau de Muslera. Seul coup de chaud d’un mardi soir qui se finit auprès de la bouillote.A 14h, on prend les mêmes et on recommence. 30 minutes au chrono, une balle à terre, et une neige toujours aussi abondante : nul doute, cette première mi-temps se finira comme elle a commencé quelques dizaines heures auparavant. Le temps de se les geler une nouvelle fois, d’assister à une frappe dévissée de Tevez et de repartir au vestiaire pour un repos bien mérité. Sneijder, bonhomme de la neige Les jardiniers turcs sur le pont, la rencontre redémarre sur un rythme plus élevé. L’occasion de voir un peu plus de football en cette après midi inédite. Pourtant, l’once de fluidité retrouvée ne profite pas à la Juve. Car en face, Sneijder et Drogba sortent le nez de la poudreuse. Le Batave se signale à la 53e avant que DD ne force Gigi Bouffon à se salir le short. Un avertissement sans frais pour des Italiens dont la sérénité ne peut être qu’ébranlée par ce match d’un autre temps. Alors pour s’éviter une mauvaise surprise, la Juve tente, sans succès, de porter le ballon vers l’avant. Et le piège turc peut se refermer. A la 85e, sur un nouveau travail en pivot de l’Ivoirien, Sneidjer plonge dans le dos de la défense turinoise pour venir battre d’un tir croisé le portier italien. Diable parmi les diables, le Hollandais achève les rêves européens d’un Pogba impuissant sur cette crasse pelouse. Moche et crade. A l’italienne en somme.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également