Sport / L\'Euro 2012 à grands pas: Les équipes
0
 

Écouter

L\'Euro 2012 à grands pas: Les équipes

Sports.fr | Lu 1382 fois | Publié

La compétition approche... Pour certaines sélections qui arrivent au compte-goutte sur place. Et pour l'équipe de France qui affrontera dans une semaine tout juste des Anglais diminués mais motivés. Une rencontre à laquelle Alou Diarra, le seul milieu défensif valide des Bleus aujourd'hui, devrait prendre part, Laurent Blanc ayant rappelé ce lundi qu'il comptait sur lui. M'Vila et Matuidi toujours incertains Où en sont Yann M'Vila et Blaise Matuidi, les deux grands blessés de l'équipe de France ? Le Rennais, victime d'une entorse de la cheville droite, et le Parisien, touché à une cuisse, sont toujours incertains pour le premier match de l'Euro de l'équipe de France dans une semaine face à l'Angleterre. Mais Laurent Blanc, interrogé sur le sujet ce lundi à Clairefontaine, refuse encore de parler de forfait, comme certains le laissent déjà entendre. "Pour l'instant, ce sont des blessures conséquentes, mais elles peuvent évoluer du bon côté, a confié le sélectionneur. C'est vrai que ce sera très juste pour le premier match (contre l'Angleterre le 11 juin, ndlr), mais on n'est pas à l'abri de bonnes surprises. Pour l'instant, ça évolue bien, il n'y a aucune raison que cela ne continue pas. Le staff médical est très bon, ils vont bien soigner les garçons, déjà, il y a une nette amélioration". Pas de raison dès lors de se tourner vers un éventuel recours au poste de milieu défensif ? "On y a songé, a avoué Laurent Blanc. Mais pourquoi se donner du tracas alors que leurs blessures évoluent du bon côté ? J'aime mieux penser que ces joueurs-là vont se rétablir plus vite que prévu." Diarra encensé Appelé à débuter contre l'Angleterre pour les débuts de l'équipe de France à l'Euro 2012 si Yann M'Vila n'est pas rétabli, Alou Diarra a reçu les éloges de Laurent Blanc ce lundi à la veille du dernier match de préparation face à l'Estonie: "Nous savons où nous allons avec Alou, nous savons qu'il fait très bien ce qu'il sait faire. Sa saison difficile ? Il y a le contexte marseillais, l'équipe n'a pas très bien tourné, mais Alou est toujours là quand on a besoin de lui. Si tu regardes bien, il a eu une trajectoire de carrière un peu atypique, il a fait beaucoup de clubs, les choses n'ont pas toujours été faciles pour lui, mais il a un très gros caractère. Il a ses qualités, et sur ces qualités-là, on peut lui faire confiance. A Bordeaux, il avait fait trois bonnes saisons, j'apprécie l'homme, c'est vraiment un autre style par rapport à Yann, mais dans les matches de très haut niveau, on a besoin de garçon comme ça dans le domaine de la puissance et des duels." Un hommage qui ne doit rien à la blessure de M'Vila : "Si je l'ai pris, c'est que je comptais sur lui. Il a un rôle important dans le groupe. Il n'est pas très bavard mais il est respecté par les joueurs. Quand il montre un peu les dents, il y a des gens plus faciles que lui (sourire)." Un trait de caractère confirmé par Florent Malouda qui se souvient d'une grosse colère du Marseillais du temps où ils étaient coéquipiers à Lyon... La rumeur Gourcuff Il n'est plus là, mais fait encore parler de lui. Yoann Gourcuff a-t-il demandé lui-même à Laurent Blanc de ne pas le retenir pour l'Euro 2012 pour ne pas monopoliser l'attention ? La rumeur, confiée par un dirigeant de Ligue 1 bien informé à Christian Ollivier, le patron des Sports de RTL, était l'un des sujets de discussions ce lundi à Clairefontaine. Désireux d'en avoir le coeur net, un de nos confrères n'a pu s'empêcher de poser la question au sélectionneur. "Faux, vous pouvez couper court, c'est faux", a assuré ce dernier. Quel poste pour Malouda ? Quant on parle du rôle de Florent Malouda en équipe de France, il y a deux aspects : le terrain et la coulisse. Dans le vestiaire, aucun doute sur l'importance de l'ancien Lyonnais. "De part mon expérience et mon vécu, j'échange avec mes coéquipiers dans la préparation des matches, c'est important de transmettre cette culture de la gagne", dit l'intéressé. Sur le terrain, son positionnement fait toujours débat : sur le côté gauche de l'attaque ou à gauche dans un milieu à trois ? "Tout le monde sait quel est mon meilleur poste. Ce n'est pas à 32 ans que ça va changer", répond le milieu de terrain de Chelsea qui ne demande rien et s'adapte de bonne grâce en équipe de France. Et prévient : "Je fais des sacrifices pour l'équipe de France et pour personne d'autres." Le Français se méfie de l'Anglais Les malheurs de l'Angleterre ? Laurent Blanc est bien sûr au courant que le premier adversaire des Bleus a perdu quatre joueurs en dix jours, Frank Lampard (cuisse), Gareth Barry (abdomen), John Ruddy (doigt) et Gary Cahill (fracture de la mâchoire), ce dernier victime d'un choc contre son propre gardien contre la Belgique, un match suivi des tribunes par Jean-Louis Gasset. Mais le sélectionneur n'en tire aucune conclusion. "Ce qui me préoccupe et me motive, c'est l'équipe de France", a-t-il rappelé. Pour bien les connaître, Florent Malouda, qui évolue depuis cinq ans à Chelsea, reste lui méfiant : "Je n'ai aucun doute sur le fait que l'Angleterre sera prête le 11. Ils ont beaucoup de joueurs qui ont envie de prouver. Ce n'est pas le genre d'équipes à se cacher derrière des excuses. Je sais que, quoiqu'il arrive, ça sera un match compliqué contre eux." Ailleurs en Europe Ils débarquent ! A moins d'une semaine de la première affiche de la compétition, Pologne-Grèce programmée vendredi à 18 heures à Varsovie, l'Euro a déjà débuté avec l'arrivée des premières sélections sur place. La Pologne, pays co-organisateur du championnat d'Europe avec l'Ukraine, la Russie et la République tchèque ont ouvert le bal en s'installant dans leur camp de base respectif dès dimanche. L'Allemagne, les Pays-Bas, le Portugal et le Danemark ont suivi ce lundi. Irlandais, Croates, Italiens et Espagnols sont attendus mardi. Enfin, l'Angleterre, la Suède, l'Ukraine et la France s'installeront mercredi. Espagne, un triplé annonciateur ? Le dernier match de préparation de la Roja avant son envol pour l'Euro 2012, disputé dimanche soir à Séville face à la Chine, était annoncé comme une formalité. Il n'en a rien été. Face à une surprenante formation chinoise, entraînée par José Antonio Camacho, l'Espagne, largement dominatrice, a éprouvé toutes les peines du monde pour trouver la faille. Ce fut chose faite en fin de match, lorsque les deux artistes Iniesta, à la passe, et David Silva, à la conclusion, ont uni leur talent (1-0, 85e). L'occasion pour le Mancunien de rendre hommage au Barcelonais : "C'est un joueur incroyable, il me donne le but et quand tu joues avec lui, tout est plus facile", a ainsi indiqué "El Chino" sur le site de la Fédération espagnole. Il s'agit là du troisième succès espagnol en autant de rencontres de préparation, après les victoires face à la Serbie (2-0) et la Corée du Sud (4-1). De bon augure avant l'entrée en lice de la Furia Roja dès samedi, face à l'Italie, dans le groupe C. "Nous espérons être à 100% parce que, comme d'habitude, eux le seront. Nous voulons réaliser le triplé (Euro 2008, Coupe du monde 2010, Euro 2012, ndlr), écrire l'histoire, mais on sait que ça va être très difficile", a ajouté Silva. Croatie: Forfait confirmé pour Olic, Kalinic appelé Incertain après une blessure à la cuisse contractée lors d'une rencontre de préparation face à la Norvège (1-0), Ivica Olic ne disputera pas l'Euro 2012 avec la Croatie. Comme le confirme le site du quotidien Sportske Novosti, le nouvel attaquant de Wolfsburg ne sera pas remis à temps pour le début de la compétition. Le sélectionneur croate, Slaven Bilic, a immédiatement appelé Nikola Kalinic, l'attaquant de Dniepropetrovsk, pour remplacer le buteur de 32 ans. Trapattoni, toujours vert Giovanni Trapattoni, qui présente déjà un des plus beaux curriculum vitae européens, entrera un peu plus dans l'histoire le 10 juin prochain puisqu'il deviendra, à l'occasion du match entre l'Irlande et la Croatie au programme de la première journée dans le groupe C, le sélectionneur le plus âgé à mener une équipe lors d'un championnat d'Europe des nations. Ancien sélectionneur de l'Italie (2000-2004), le « Trap », compte dix titres de champion en club dans quatre pays différents (six avec la Juventus, un avec l'AC Milan, un avec le Bayern Munich, un avec le Benfica et un avec le Red Bull Salzbourg), aura 73 ans et 85 jours lors de l'entrée en lice des Irlandais. Eriksen, l'atout danois Plus jeune joueur de la Coupe du monde 2010, Christian Eriksen, 20 ans, cette année, est l'un des éléments les plus attendus de la sélection danoise pour l'Euro 2012. Placés dans le groupe B avec l'Allemagne, les Pays-Bas et le Portugal, les Danois compteront sur le meneur de jeu de l'Ajax Amsterdam pour réaliser un exploit. Surveillé de près par de grosses cylindrées européennes, Eriksen sait qu'il devra briller en Pologne et en Ukraine, comme il l'a reconnu sur Voetbalcentraal. "C'est la première fois dans ma carrière que j'ai autant de pression autour de moi. Mais cela fera de moi un joueur plus mature. Daniel Agger (son coéquipier en sélection) a raison, je dois être plus agressif dans mon jeu", a expliqué le Danois.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également